Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 17:03

Všechno to začalo v Paříži, během jedné z těch dlouhých zimních večerů, kdy Xavier a Antonín, spolubydlící žijící jejich dávné profesionální, musel předělat svět. "A když jsme se využít této chvíle svobody v našich životech, naše studie, a proto před zahájením rodinu, vidět svět? "Říkali, že náhle.

Elektrické auto! Dokázat všem, že když mohou jít po celém světě, každý může použít i pro každodenní potřeby, vzít děti do školy, chodit do práce, sportovat, nakupování ...

Elektrický vůz i proto, že to bude omluva setkat se s lidmi na silnici. Budeme muset nabít: najít odbyt, zeptejte se někoho. To je příležitost k diskusi a sdílení kolem elektrické zásuvky.

Tak, tam je jeden a půl a Antonín Xavier sledoval šedou cestu na Mapách Google, který se připojí do Štrasburku Štrasburk ... (jeden z jejich partnerů), přes Brusel, Rotterdam, New York, Chicago, San Francisco, Tokio, Fukuoka, Singapuru, Kuala Lumpur, Bangkok, Hanoi, Kunming, Chengdu, Lanzhou, Urumqi, Karaganda, Astana, Kostanay, Čeljabinsk, Kazaň, Moskva, Kyjev, Rivne, Lvov, Rzeszow, Krakov, Katovice, Praha, Plzeň , Norimberk, Stuttgart a některé další ...

Prostřednictvím kontaktu na Antonine AVERE  , který otevřel jeho adresář, tento projekt se stala konkrétnější každý den, až do příjezdu vozu, Citroen Czéro , hezké kývnutí Žlutá Cruise , tam je přesně 80 let!

 

S jejich přihrádce slavný použití světa  Bouvier Nicolas (Bible cestovatele ED), odjeli v zimě v únoru, aby Fessenheim (ERF je dalším partnerem). Pak přišel první setkání s Kladiva závěrné sítě  (zástupci černých konektorů na mapě), která je v průběhu registrace na jejich stránkách , a jejich aktuální trasu takto pomalu šedý drát, který běží Google mapy.

7086637065_0f4da5fcb9_b.jpg

 

A dnes, 25. července 2012 zde v Lanzhou , hlavním městě provincie Kan-su, v polovině období Střední říše, na břehu Žluté řeky, aby oslavili 29 let Antonín! Všechno nejlepší k narozeninám! Lanzhou jim dává, s dva tisíce let historie, cestu zpět do Evropy přes silnici Silka.

To je příležitost, po více než polovina cesty, aby se první hodnocení. Electric Car? Funguje to! I v extrémních podmínkách, s baterií, která vede z velké části do vody přes rybníků, nebo při ranní po velké bouři, najdeme napájecí kabel pod vodou, dokud se! A řada 150 km slíbených výrobcem? To je ověřeno na silnici. Zpočátku to bylo velmi chladno, což není příznivé pro baterie a dva společníci byli Sázka na řadu 120 km, ale výkon se zlepšoval s teplotou a 150 km bylo dosaženo nebo překročeno , když je horko, s plochým silnici a rozumné jízdy.Tak dnech často začínají s krokem 100 km až 150 km, pak pauza 2 až 3 hodiny provést částečný náboj, který obnoví řád 70 km autonomie nést etapa den asi 200 km celkem. Když cesta vede nahoru, posádka byla doplněna 10 km v každém 100 m hloubky. Pro tuto chvíli to funguje!

Jejich největší paměť tak daleko? Xavier mi řekl včera do telefonu (oranžová je jedním z partnerů) zvláštní den a nečekaně, v západní Nebraska, USA. Na konci jejich stupni ráno, kluci zastavit na farmě obra, ztracené uprostřed ničeho. Radí člověk, který pracuje na re-kovat koně. Xavier je v jeho diskuzi se zeptat, zda se můžete připojit svůj vůz někde, když se náhle dozví o zvířata v ohradě hned za ním: bison! S tím, farmář dorazí, auto je zapojen a využít kluci z doby nabíjení objevit oblast. Majitel pak volal kovboje, že to vyžaduje Antonín Xaviera a podívejte se na zbytek stáda. To je nyní kovboj, který přijede na koni. Představte si hlavu oběma Pařížanů! Ve skutečnosti to byla žena, kovboj! Zde se brzy odešel k vyzvednutí (nebereme tři na koně!) Chcete-li zobrazit a označit ty narozených telat nedávno jakési ušní piercing. Xavier pozoroval práci cowgirl, zapůsobil, až uslyšel "další, to jste vy, kdo dělá! "A tady, v ruce nástroj, honí zvíře jako černé oko své matky! Bison steaky večer bylo zasloužené.

Vážení čtenáři, dnes Čína, Kazachstán v srpnu, pak rusky, ukrajinsky, polsky, česky a německy, je i pro vás seznámit s Xavierem a Antonín pokračoval po celém světě.

Zaregistrovat se můžete na jejich stránkách (viz výše), který přijde a dobíjet svá auta doma.

Nabízíme také vám dívat se na ně prostřednictvím svého regionu, aby relé tuto zprávu v místních médiích v např. čínské ) a její vřelé přivítání. (Xavier mi řekl včera, že pohostinnost lidí, je mimořádná).

Nakonec jsme se otevřít stránky BLOGaL, interaktivní blog v podstatě, dovolte nám, abychom Vás ve vaší oblasti a učinit z ní živý světové turné pro všechny stoupence Xavierem a Antoninus, a je jich mnoho, BLOGaL.Napište nám e-mail pomocí "kontakt" odkaz v dolní části této stránky nebo poštou jako komentář přes "Napište komentář" hned pod článkem. Nezapomeňte uvést vaše město, vystavíme vám kupí v den průchodu Czéro na vás. A především podílu, využívat sociální sítě: Kaixin , facebook , Douban , Renren , QQ , Sina Weibo  a samozřejmě twitter , pinterest  a proč ne viadeo  nebo LinkedIn .

Díky googletrad, si tento článek ve všech jazycích, jimiž se hovoří v zemích, kde Xavier a Antonín anebo které přejíždějí do konce září: Čína, kazašské, ruština, ukrajinština, polština, čeština, němčina a francouzština.


Využijte naší app Google Translate, v dolní části (vlevo) z každého blogu. Vyberte si svůj jazyk a najít všechny položky BLOGaL na elektrických automobilech, fotbal a další témata.

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 17:02
Wszystko zaczęło się w Paryżu, podczas jednej z tych długich zimowych wieczorów, kiedy Xavier i Antonin, współlokatorów mieszkających ich wczesne lata zawodowe, musiał przebudować świat. "A jeśli wykorzystamy ten moment wolności w naszym życiu, w naszych badaniach i dlatego przed rozpoczęciem rodzinę, zobaczyć świat? "Powiedzieli, że nagle. Elektryczny samochód! Aby udowodnić wszystkim, że jeśli pójdą na całym świecie, każdy może go używać również do codziennych potrzeb, wziąć dzieci do szkoły, idąc do pracy, zabawy sportowe, zakupy ... Elektryczny samochód też, ponieważ będzie pretekstem do poznania ludzi na drodze. Będziemy musieli ładować go: znaleźć ujście, poproś kogoś. Jest to okazja do dyskusji i dzielenia się wokół gniazdka elektrycznego. Istnieje zatem jeden i pół, a Antonin Xavier wywodzi się szary trasy w Google Maps, który łączy Strasburga do Strasburga ... (jeden z partnerów), za pośrednictwem Brukseli, Rotterdamie, Nowym Jorku, Chicago, San Francisco, Tokio, Fukuoka, Singapur, Kuala Lumpur, Bangkok, Hanoi, Kunming, Chengdu, Lanzhou, Urumqi, Karaganda, Astana, Kostanay, Czelabińsk, Kazań, Moskwa, Kijów, Równe, Lwów, Rzeszów, Kraków, Katowice, Praga, Pilzno , Norymberga, Stuttgart i parę innych ... Poprzez kontakt na Antonine AVERE który otworzył swoją książkę adresową, projekt ten stał się bardziej konkretne każdy dzień, aż do przyjazdu samochodu, Citroen Czéro , miły ukłon w stronę Żółty Cruise , istnieje dokładnie 80 lat! Z ich schowku słynny wykorzystanie świata przez Nicolas Bouvier (Biblia podróżnika Ed), zostawili na zimnie lutego do Fessenheim (EDF jest kolejnym partnerem). Potem przyszedł pierwsze spotkania z sieci Młotki deflektorskie reprezentowaną przez czarnych gniazd na mapie), która w ciągu rejestracji na ich stronie , a ich rzeczywista trasa następuje powoli szary przewód, który biegnie Google Maps. 7086637065_0f4da5fcb9_b.jpg A dzisiaj, 25 lipca 2012, tu w Lanzhou , stolicy prowincji Gansu, w połowie okresu Średniego Państwa, nad brzegiem Żółtej Rzeki, aby uczcić 29 lat Antoninie! Wszystkiego najlepszego! Lanzhou daje im, z dwóch tysięcy lat historii, z powrotem do Europy za pośrednictwem Jedwabnego Szlaku. Jest to okazja, po ponad pół z podróży, aby pierwszą ocenę. Electric Car? To działa! Nawet w ekstremalnych warunkach, z baterii, która idzie w dużej mierze do wody przez stawy, lub gdy wcześnie rano po wielkim sztormie, znajdziemy kabel zasilający pod wodą aż! I zasięg 150 km obiecanych przez producenta? To jest weryfikowana na drodze. Początkowo było bardzo zimno, co nie jest korzystne dla baterii oraz dwie towarzyszki były zakłady o zasięgu 120 km, ale wydajność poprawiła się wraz z temperaturą i 150 km zostały osiągnięte lub przekroczone , gdy jest gorąco z płaskiej drogi i jazdy sensownego. Tak więc dzień często zaczyna się od kroku 100 km do 150 km, następnie przerwa od 2 do 3 godzin, aby wykonać częściową opłatę, która odzyskuje około 70 km od autonomii do wykonania etap na dzień do około 200 km w sumie. Kiedy droga idzie w górę, załoga obejmuje 10 km w każde 100 m głębokości. Na razie to działa! Ich najlepsze wspomnienie tej pory? Xavier powiedział mi wczoraj przez telefon (Orange jest jednym z partnerów) wyjątkowy dzień i niespodziewanie, w zachodniej Nebrasce, USA. Pod koniec ich etapie rano chłopcy zatrzymują się na olbrzyma gospodarstwa, zagubiony w szczerym polu. Radzą człowieka, który stara się ponownie stopki konia. Xavier jest w jego dyskusji zapytać, czy może podłączyć swój samochód gdzieś, gdy nagle dowiaduje się zwierząt w prawej długopis za nim żubry! Z tym, farmer przybywa, samochód jest prawidłowo podłączony i korzystać chłopców z czasu ładowania do odkrywania uroków regionu. Właściciel wtedy nazywany kowboja, że ​​zajmuje Antonin Xavier i zobaczyć resztę stada. To jest teraz kowboj, który przybywa na koniu. Wyobraź sobie głowę naszych dwóch paryżan! W rzeczywistości był kowbojem kobieta! Tutaj wkrótce wyjechał do pick up (nie bierzemy trzy na koniu!) Aby zobaczyć i zaznaczyć te cielaki urodzone niedawno przez pewnego rodzaju przekłucia uszu. Xavier obserwuje pracę Cowgirl, pod wrażeniem, aż usłyszał "następny, to ty nie! "A tu, narzędziem w ręku goni bestię jako podbitym okiem swojej matki! Steki Żubr wieczorem były w pełni zasłużone. Drodzy czytelnicy, dziś Chiny, Kazachstan w sierpniu, potem rosyjski, ukraiński, polski, czeski i niemiecki, ale także, aby spotkać Xavier i Antonin poszedł na całym świecie. Możesz zarejestrować się na ich stronie (patrz wyżej), aby przyjść i naładować swoje samochody w domu. Oferujemy również ci na oglądanie ich przez swojego regionu, do przekaźnika ten post w lokalnych mediach w np. chiński ), a jego ciepłe powitanie. (Xavier powiedział mi wczoraj, że gościnność ludzi jest niezwykły). W końcu otworzyć stron BLOGaL, blogu interaktywnej w istocie, niech nam przedstawić Państwu Twojej okolicy i uczynić go bardziej żywy światową trasę dla wszystkich zwolenników Ksawerego i Antoninus, a jest ich wiele, BLOGaL. Wyślij e-mail za pomocą "kontakt" link na dole tej strony lub umieścić jako komentarz przez "Napisz komentarz" tuż poniżej artykułu. Nie zapomnij wspomnieć o swoje miasto, wydamy Ci kupie w dniu przejścia Czéro do ciebie. A przede wszystkim udział, korzystać z portali społecznościowych: Kaixin , facebook , Douban , Renren , QQ , Sina Weibo i oczywiście twitter , pinterest i dlaczego nie viadeo lub LinkedIn . Dzięki googletrad, znaleźć ten artykuł we wszystkich językach używanych w krajach, gdzie Xavier i Antonin albo przekraczające do końca września: Chińska, kazachski, rosyjski, ukraiński, polski, czeski, niemiecki i francuski. Skorzystaj z naszej aplikacji Google Translate, na dole (po lewej) każdego blogu. Wybierz swój język i znaleźć wszystkie elementy BLOGaL na elektrycznych samochodach, piłki nożnej i innych tematów.

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 17:01

Alles hat in Paris, während einer dieser langen Winterabende angefangen, wo Xavier und Antonin, der Bewohner zusammen in derselben Wohngemeinschaft, besetzt waren, die Welt wiederzumachen. « Und wenn nützten wir diesen Freiheitsmoment in unserem Leben, nach unseren Studien also aus und bevor eine Familie zu gründen, um die umfassende Welt zu entdecken  ? » Sie sagten sich plötzlich.

Im Elektroauto ! Um allen zu beweisen, daß jeder, wenn sie die Weltreise mit machen können, ihn für diese täglichen Bedürfnisse wirklich benutzen, die Kinder der Schule mitnehmen, in die Arbeit gehen, Sport die Läufe treiben, machen kann…

Im Elektroauto auch, weil das ein Vorwand sein wird, um der Leute auf dem Weg zu treffen. Man wird sie wirklich wieder aufladen müssen : eine Stromentnahme finden, um jemanden bitten. Das wird die Gelegenheit sein, zu diskutieren und um eine Steckdose zu teilen.

So, vor eineinhalbem Jahr, zeichneten Antonin und Xavier einen grauen Weg, auf Google Maps, der Straßburg in verbindet … Straßburg (der einer ihrer Partner ist), vorbei an Brüssel, Rotterdam, New York City, Chicago, San Franzisko, Tokio, Fukuoka, Singapur, Kuala Lumpur, Bangkok, Hanoi, Kunming, Chengdu, Lanzhou, Urumqi, Karagandy, Astana, Kostanay, Chelyabinsk, Kazan, Moskau, Kiew, Rivne, L‘viv, Rzeszow, Krakow, Katowice, Prag, Plzen, Nürnberg, Stuttgart und einige andere …

Dank einem Kontakt von Antonin in l’AVERE wer ihm sein Adreßbuch geöffnet hat, dieses Projekt ist jeder Tag konkretere geworden, bis zur Ankunft des Autos, der ein Citroën Czéro, hübsches Augenzwinkern in die Gelbe Kreuzfahrt, vor ganz knapp 80 Jahren !

 

Mit in hinkt ihnen das Berühmte L’usage du Monde von Nicolas Bouvier (die Bibel des reisenden) in Handschuhen, sie sind in die Kälte vom Februar, vorbei an Fessenheim gegangen (EDF ist ein anderer Partner). Dann sind erste Begegnungen mit dem pluggers Netz (von schwarzen Einnahmen auf der Karte dargestellt) gekommen, das sich im Laufe der Strecke konstituiert sich auf ihrer Website einschreibend, und ihre wirkliche Strecke folgt allmählich dem grauen Faden, der auf Google Maps verläuft.

 

Und heute, am 25. Juli 2012, also Lanzhou, der Hauptstadt der Provinz von Gansu, in der Mitte des Reiches der Mitte, auf den Borden des Gelben Flusses, um die 29 Jahre von Antonin zu feiern ! Frohes Geburtstag ! Lanzhou öffnet ihnen, mit seinen zwei tausend Geschichtsjahren, den Weg der Rückkehr zu Europa via den Weg von Seide.

Es ist die Gelegenheit, nach mehr als Hälfte der Reise, eine erste Bilanz zu machen. Das Elektroauto? Das funktioniert! Sogar in extremen Bedingungen, mit der Batterie, die weit in Wasser geht, Pfützen überquerend, oder wann am kleinen Morgen nach einem großen Gewitter, man das Zuleitungskabel unter Wasser bis zur Steckdose wiederfindet! Und die 150 Km vom Erbauer versprochene Autonomie? Das ist auf dem Weg überprüft. Bei der Abfahrt war es sehr kalt, was für die Batterien nicht günstig ist, und die beiden Begleiter wetteten auf eine 120 Km Autonomie, aber die Leistungen sind mit der Temperatur besser geworden und 150 Km sind gut erreicht, sogar überschritten gewesen, wenn es mit einem flachen Weg und einer angepassten Führung warm ist. Eben so beginnen die Tage oft mit einer 100 Km bis 150 Km Etappe, dann einer Pause von 2 bis 3 Stunden, um auszuführen, eine lädt eine Nachwahl wieder auf, die erlaubt, in der Größenordnung von 70 Km von Autonomie wiederzubekommen, um die Tagesetappe in ca. 200 Km in allem zu bringen. Wenn der Weg steigt, sieht die Besatzung 10 Km weniger jedes 100 M hoch vorher. Zur Zeit funktioniert das !

Ihre größte Erinnerung zur Zeit? Xavier erzählte mir gestern im Telefon (Orange ist auch einer ihrer Partner) ein besonderer und unvorhergesehener Tag, im Westen Nebraska, in den USA. Am Ende ihrer Etappe von Morgen hören die Jungen in einer riesigen Farm auf, die in der Mitte nirgends verloren ist. Sie benachrichtigen einen Mann, der sich in bemüht, ein Pferd zu beschlagen. Xavier bedeutet seiner Gespräch alles, um zu fragen, ob er sein Auto irgendwo anschließen kann, wenn er sich plötzlich anwesender Tiere in der gerechten Einfriedung hinter ihm bewußt wird: Bisons! Darauf kommt der Eigentümer der Runge an, das Auto ist angeschlossen und Boys nützt zur Zeit der Aufgabe aus, um das Gebiet zu entdecken. Der Eigentümer ruft dann den cow boy, damit dieser Antonin und Xavier mitnimmt, den Rest der Herde zu sehen. Beim Aufrechterhalten des Cow boy das komm zu Pferde an. Stellen Sie sich den Kopf unserer zwei Pariser vor! Tatsächlich war das eine Frau cow boy! Also, daher pick up bald gegangen (man hängt auf drei auf dem Pferd nicht ab!) um die Kälber zu besuchen und diejenigen zu kennzeichnen, was kürzlich von eine Art piercing im Ohr hervorgegangen ist. Xavier beobachtet die Arbeit des Cow girl, die beeindruckt ist, bis er hört " der Nächste, das ist du, wer es macht! " Und also, Werkzeug in der Hand, die nach dem Tier unter das schwarze Auge seiner Mutter läuft! Die Steaks von Bison am Abend waren gut verdient.

Freunde Leser, chinesische Sprache heute, im August kazakhs, russische, polnische, tschechische und deutsche Leser, Xavier und Antonin sind um die Welt gegangen um Sie zu treffen .

Sie können sich auf ihrer Website einschreiben (sieh oben) damit sie kommen, ihr Auto bei Ihnen wieder aufzuladen.

Wir schlagen Ihnen auch vor, ihrem Vorübergehen in Ihrer Gegend aufzulauern, diese Nachricht in den örtlichen Massenmedien abzulösen, und ihnen die beste Aufnahme zu reservieren. (Xavier sagte mir gestern, daß die Gastfreundschaft der Leute außerordentlich ist).

Schliesslich öffnen wir Ihnen die Seiten des BLOGaL, der partizipation-blog per definitionem, um Ihnen uns Ihre Gegend vorstellen und diese Weltreise für alle Nachahmer von Xavier und Antonin lebhafter machen zu lassen, und sind sie, auf dem BLOGaL zahlreich. Senden Sie wir einen mail, die Verbindung "Kontakt" alles unten an dieser Seite benutzend, oder veröffentlichen Sie in Form von Kommentar " einen Kommentar zu schreiben ", genau unter dem Artikel. Vergessen Sie nicht, Ihre Stadt zu präzisieren, wir werden Ihnen Haufen am Tag des Vorübergehenes von Czéro unten an bei Ihnen veröffentlichen. Und vor allem teilen Sie, benutzen Sie die sozialen Netze : kaixin, facebook, douban, renren, QQ, sina weibo und selbstverständlich twitter, pinterest und warum nicht viadeo ou linkedin.

Dank googletrad, finden Sie diesen Artikel in allen in den Ländern ausgeübten Sprachen wieder, wo sich Xavier und Antonin finden oder wo sie bis Ende September überqueren werden: chinesische, kazakhische, russische, ukrainische, polnische, tschechische, deutsche und französische Sprache.


Nützen Sie ebenfalls unseren appli Google translate aus, der unten (nach links) von jedem Artikel unseres blog gelegt ist. Wählen Sie Ihre Sprache und entdecken Sie alle Artikel des BLOGaL, auf den Elektrokarren, dem Fußball oder den anderen Themen.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 17:00

Tout a commencé à Paris, lors d’une de ces longues soirées d’hiver où Xavier et Antonin, colocataires vivant leurs toutes premières années professionnelles, étaient occupés à refaire le monde. « Et si nous profitions de ce moment de liberté dans notre vie, après nos études donc et avant de fonder une famille, pour découvrir le vaste monde ? » se dirent-ils soudain.

En voiture électrique ! Pour prouver à tous que, si eux peuvent faire le tour du monde avec, tout un chacun peut bien l’utiliser pour ces besoins quotidiens, emmener les enfants à l’école, aller au travail, faire du sport, faire les courses …

En voiture électrique aussi car ce sera un prétexte pour rencontrer du monde sur la route. Il faudra bien la recharger : trouver une prise de courant, demander à quelqu’un. Ce sera l’occasion de discuter et de partager autour d’une prise électrique.

Ainsi, il y a un an et demi, Antonin et Xavier traçaient une route grise, sur Google Maps, qui relie Strasbourg à … Strasbourg (un de leurs partenaires), en passant par Bruxelles, Rotterdam, New York City, Chicago, San Francisco, Tokyo, Fukuoka, Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok, Hanoi, Kunming, Chengdu, Lanzhou, Urumqi, Karagandy, Astana, Kostanay, Chelyabinsk, Kazan, Moscou, Kiev, Rivne, L’viv, Rzeszow, Krakow, Katowice, Prague, Plzen, Nuremberg, Stuttgart et quelques autres …

Grâce à un contact d’Antonin à l’AVERE qui lui a ouvert son carnet d’adresses, ce projet est devenu chaque jour plus concret, jusqu’à l’arrivée de la voiture, une Citroën Czéro, joli clin d’œil à la Croisière Jaune, il y a tout juste 80 ans !

 

Avec dans leur boite à gants le fameux L’usage du Monde de Nicolas Bouvier (la Bible du voyageur NDLR), ils sont partis dans le froid du mois de février, en passant par Fessenheim (EDF est un autre partenaire). Puis sont venues les premières rencontres avec le réseau de pluggers (représentés par des prises noires sur la carte) qui se constitue au fil du parcours en s’inscrivant sur leur site, et leur parcours réel suit petit à petit le fil gris qui se déroule sur Google Maps.

7086637065_0f4da5fcb9_b.jpg

 

Et aujourd’hui, 25 juillet 2012, les voici à Lanzhou, capitale de la Province du Gansu, au milieu de l’Empire du Milieu, sur les bords du Fleuve Jaune, pour fêter les 29 ans d’Antonin ! Joyeux anniversaire ! Lanzhou leur ouvre, avec ses deux mille ans d’histoire, le chemin du retour vers l’Europe via la Route de la Soie.

C’est l’occasion, après plus de la moitié du voyage, de faire un premier bilan. La voiture électrique ? Ca fonctionne ! Même dans des conditions extrêmes, avec la batterie qui passe largement dans l’eau en traversant des mares, ou quand au petit matin après un gros orage, on retrouve le câble d’alimentation sous l’eau jusqu’à la prise ! Et l’autonomie de 150 km promise par le constructeur ? C’est vérifié sur la route. Au départ il faisait très froid, ce qui n’est pas favorable pour les batteries, et les deux compagnons misaient sur une autonomie de 120 km, mais les performances se sont améliorées avec la température et les 150 km ont bien été atteints, voire dépassés, quand il fait chaud avec une route plate et une conduite adaptée. C’est ainsi que les journées commencent souvent par une étape de 100 km à 150 km, puis une pause de 2 à 3 heures pour effectuer une recharge partielle qui permet de récupérer de l’ordre de 70 km d’autonomie pour porter l’étape du jour à environ 200 km en tout. Quand la route monte, l’équipage prévoit 10 km en moins chaque 100 m de dénivelée. Pour l’instant ça fonctionne !

Leur plus grand souvenir pour l’instant ? Xavier me racontait hier au téléphone (Orange est aussi un de leurs partenaires) une journée particulière et imprévue, dans l’Ouest du Nebraska, aux Etats Unis. A l’issue de leur étape du matin, les garçons s’arrêtent dans une ferme gigantesque, perdue au milieu de nulle part. Ils avisent un homme qui s’affaire à re-ferrer un cheval. Xavier est tout à sa discussion pour demander s’il peut brancher sa voiture quelque part quand il prend soudain conscience des animaux présents dans l’enclos juste derrière lui : des bisons ! Sur ce, le propriétaire du ranch arrive, la voiture est branchée et les Boys profitent du temps de charge pour découvrir le domaine. Le propriétaire appelle alors le cow boy pour que celui-ci emmène Antonin et Xavier voir le reste du troupeau. Voilà maintenant le cow boy qui arrive à cheval. Imaginez la tête de nos deux Parisiens ! En fait c’était une femme cow boy ! Les voilà bientôt partis en pick up (on ne tient pas à trois sur le cheval !) pour aller voir les veaux et marquer ceux nés récemment par une sorte de piercing à l’oreille. Xavier observe le travail de la cow girl, impressionné, jusqu’à ce qu’il entende « le prochain, c’est toi qui le fait ! » Et le voilà, l’outil à la main, courant après la bête sous l’œil noir de sa mère ! Les steaks de bison le soir étaient bien mérités.

Amis lecteurs, chinois aujourd’hui, kazakhs en août, puis russes, ukrainiens, polonais, tchèques et allemands, c’est aussi pour vous rencontrer que Xavier et Antonin sont partis autour du monde.

Vous pouvez vous inscrire sur leur site (voir ci-dessus) pour qu’ils viennent recharger leur voiture chez vous.

Nous vous proposons aussi de guetter leur passage dans votre région, de relayer ce message dans les médias locaux (exemple chinois), et de leur réserver le meilleur accueil. (Xavier me disait hier que l’hospitalité des gens est extraordinaire).

Enfin, nous vous ouvrons les pages du BLOGaL, blog participatif par essence, pour vous laisser nous présenter votre région et rendre plus vivant ce tour du Monde pour tous les suiveurs de Xavier et Antonin, et ils sont nombreux, sur le BLOGaL. Envoyez nous un mail en utilisant le lien « contact » tout en bas de cette page, ou publiez sous forme de commentaire via « Ecrire un commentaire », juste en dessous de l’article. N’oubliez pas de préciser votre ville, nous vous publierons pile le jour du passage de la Czéro en bas de chez vous. Et surtout partagez, utilisez les réseaux sociaux : kaixin, facebook, douban, renren, QQ, sina weibo et bien sûr twitter, pinterest et pourquoi pas viadeo ou linkedin.

Grace à googletrad, retrouvez cet article dans toutes les langues pratiquées dans les pays où se trouvent Xavier et Antonin ou qu’ils vont traverser d’ici fin septembre : chinois, kazakh, russe, ukrainien, polonais, tchèque, allemand et français.


Profitez également de notre appli Google translate, située en bas (à gauche) de chaque article de notre blog. Choisissez votre langue et découvrez tous les articles du BLOGaL, sur les véhicules électriques, le football ou d’autres sujets.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 22:06

czero如果我們能做到的世界巡迴演唱會,電動車標準,可以為您的通勤使用。 

基於這一格言,和安東尼·澤維爾鑽進他們的雪鐵龍Czéro,直奔前方。而今天呢?他們意識到他們的革命的一半以上,在中國,電動車最大的國家。


事實上,他們可以靠近你!他們昨天離開昆明,成都,以達到其計劃7月17日。他們將通過找罵第二類G213 / G040高速公路G85和G93和S7,然後通過昭通,宜賓,犍為,樂山,東坡去?

這裡你可以按照自己的旅程:


Agrandir le plan

 

 

放大地圖

他們做了什麼特殊的是,是一次偉大的冒險。因此,我們指望你,中國朋友們,他們的Facebook頁面上添加1十億,如:http://www.facebook.com/electric.odyssey,當然按照每個@ ElecOdyssey這些現代冒險家的鳴叫

但比什麼都重要的是,我們要身體,看到你鼓勵他們在路邊。他們有你,有檢查他們的網站上,或者它們運行的嗡嗡聲!先來看看他們阻止任何其他的,我指望你在路邊的噪音。法國的環法自行車賽,你有一個世界巡迴賽!因此,昭通,宜賓,犍為,樂山,東坡,傳遞和分享所有社交網絡上的信息。顯示法國的中國人熱情好客,是如何將這些傳奇。幫助他們以及他們的電動車充電。

如果你是一個電動車的風扇,你可以找到在BLOGaL其他項目與中國的翻譯,通過模塊上點擊googletrad左下角,標題為“BLOGaL,英語,否則?” 

當然,你也都歡迎我們自己的Facebook頁面上

這自己的博客上公佈你的故事,在這篇文章發表評論。

 

我們指望你,道路上的各種慶祝Xavier和安東尼在他們對中國的十字路口,本週出發的航線昆明 - 成都。

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 21:41

czeroSi nous pouvons faire le tour du monde avec une voiture électrique standard, vous pouvez l'utiliser pour vos trajets quotidiens. 

Sur la base de cette maxime, Xavier et Antonin sont montés dans leur Citroën Czéro et sont partis droit devant eux. Et aujourd'hui ? Ils ont réalisé plus de la moitié de leur révolution et se trouvent en Chine, dans le plus grand pays de la voiture électrique.


En fait, ils sont peut être près de chez vous ! ils sont partis hier de Kunming, vers Chengdu qu'ils prévoient de rejoindre le 17 juillet. Vont-ils passer par la G213 / G040 Zhaoma 2nd Class Hwy puis G85 puis S7 puis G93 et traverser Zhaotong, Shoushanxiang, Liangwanxiang, Yibin, Qianwei, Leshan, Dongpo ?

Vous pouvez suivre leur route ici : 


Agrandir le plan

Ce qu'ils font est exceptionnel, c'est une grande aventure. Alors nous comptons sur vous, amis Chinois, pour ajouter un milliard de like sur leur page facebook : http://www.facebook.com/electric.odyssey et bien sûr pour suivre chaque twitt de ces aventuriers des temps modernes @ElecOdyssey.

Mais plus que tout c'est physiquement que nous voulons vous voir les encourager, sur le bord de la route. Ils sont là chez vous, il n'y a qu'à vérifier sur leur site ou ils sont et faire marcher le buzz ! Le premier qui les voit prévient tous les autres et je compte sur vous pour faire du bruit sur le bord de la route. Les Français ont le Tour de France, vous avez le Tour du Monde ! Alors Zhaotong, Shoushanxiang, Liangwanxiang, Yibin, Qianwei, Leshan, Dongpo, faites passer l'info partout et partagez sur tous les réseaux sociaux. Montrez à ces Français à quel point l'hospitalité chinoise est légendaire. Aidez les à recharger leur véhicule électrique aussi.

Si vous êtes fan de véhicules électriques, vous pouvez retrouver d'autres articles dans le BLOGaL, avec une traduction en chinois en cliquant dans le module googletrad en bas à gauche, intitulé "BLOGaL, in english, or else ?" 

Bien sûr vous êtes tous aussi les bienvenus sur notre propre page facebook

et pour publier vos témoignages sur ce propre blog, en commentaire à ce billet.

 

On compte sur vous, tous sur la route pour fêter Xavier et Antonin lors de leur traversée de la Chine, à commencer par cette semaine sur le trajet Kunming - Chengdu.

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 00:35

Euro-2012-F6.jpg
(uefa.com)

Retour (tardif) sur le dénouement de l'Euro 2012.




Enfin, l'heure de la finale était arrivée. En ce premier jour de juillet à Kiev, l'Espagne, tenante du titre, remettait son trophée en jeu face à l'Italie, invitée quasiment surprise de cette finale tant on s'attendait à voir l'Allemagne. En demi-finales, les Italiens étaient venus à bout des Allemands grâce à un Balotelli des grands soirs (2-1) tandis que l'Espagne avait du attendre les tirs au but (4-2) pour disposer du Portugal au terme d'un match nul et vierge. Comme en 1988, 1996 et 2004, la finale opposait deux équipes qui s'étaient déjà affrontées plus tôt dans la compétition. Le 10 juin dernier à Gdansk, pour le compte de la première journée des phases de poules dans le groupe C, l'Espagne et l'Italie s'étaient neutralisées (1-1) au terme d'un match très agréable.
Alors que l'Espagne alignait son équipe habituelle « sans attaquant », et donc avec Fàbregas en pointe, l'Italie avait effectué quelques modifications dans sa défense. Blessé face à l'Allemagne, Abate faisait son retour sur le côté droit tandis qu'à gauche Chiellini était de nouveau préféré à Balzaretti. Une option plus défensive, le joueur de la Juventus étant habituellement aligné comme défenseur central bien qu'ayant une formation de latéral gauche.
Fidèle à ses habitudes, l'Espagne prend le contrôle du match mais en étant plus dangereuse qu'à l'accoutumée, sur la lancée des prolongations de son match face au Portugal. Sergio Ramos, sur corner (7') puis Xavi (10') manquent notamment le cadre d'un rien. L'ouverture du score arrive logiquement peu avant le quart d'heure de jeu pour les Espagnols : Iniesta trouve Fàbregas qui déborde Chiellini avant d'adresser un centre pour la tête du petit (1,70 m) David Silva qui marquait dans le but vide. Une ouverture du score logique qui place l'Espagne dans des conditions idéales dans cette finale. Les malheurs de l'Italie ne font en tout cas que commencer dans ce match : à la 21ème minute, Chiellini, fautif sur l'ouverture du score, se blesse et cède sa place à Balzaretti. Mais après cette entame difficile, l'Italie réagit et il faut de bonnes interventions de Casillas pour empêcher Cassano (28') puis Marchisio (32') d'égaliser. Passée cette période de panique passagère, l'Espagne reprend le contrôle des opérations. Et à la 41ème minute, Jordi Alba, après un relais avec Xavi, se présente face à Buffon et double la mise pour les Espagnols. Séduisante et cette fois réaliste, l'Espagne a déjà posé une main sur le trophée quand la mi-temps est sifflée sur ce score de 2-0 en faveur du tenant du titre.
À la reprise, l'Italie tente le tout pour le tout avec la rentrée du vétéran Antonio Di Natale en lieu et place de Cassano. Le nouvel entrant se met rapidement en valeur avec une frappe juste au dessus (47') et un tir sans contrôle repoussé par Casillas (51'). Six minutes après cette occasion, Cesare Prandelli effectue son dernier changement en remplaçant Montolivo par Thiago Motta. Un choix plutôt étonnant car le dernier entrant est un joueur à vocation défensive. Mais Thiago Motta est également réputé pour sa fragilité physique. Une réputation qui se confirmera durant cette rencontre, pour le plus grand malheur de l'Italie, le joueur du PSG se blessant à peine cinq minutes après son entrée en jeu... et ce alors que les Transalpins avaient déjà effectué leurs trois changements. Cet énième coup dur sonne le glas des espoirs italiens et l'Espagne se contente de dérouler pour les trente dernières minutes. Avant d'enfoncer le clou en fin de match grâce à ses entrants. Entré en jeu à la 75ème minute en lieu et place de Fàbregas et raillé durant le tournoi (et durant sa saison en club) pour son inefficacité, Fernando Torres profitait d'une superbe passe de Xavi pour inscrire le troisième but du match à la 84ème minute. Déjà auteur du but sacrant l'Espagne en 2008 face à l'Allemagne, Torres devenait le premier joueur à marquer dans deux finales d'Euro consécutives. L'attaquant espagnol se muera ensuite en passeur quatre minutes plus tard pour son coéquipier en club Juan Mata, entré en jeu une minute plus tôt et qui disputait là ses premières minutes dans le tournoi. Score final : Espagne 4, Italie 0.
Grâce à ce large succès, le plus large dans l'histoire de l'Euro, l'Espagne remporte l'Euro 2012 et entre un peu plus dans l'histoire. Elle devient la première équipe à remporter deux Euros consécutifs mais également à réaliser la passe de trois : Euro 2008 – Coupe du Monde 2010 – Euro 2012. Une sorte de fusion des parcours de la RFA des années 1970 (qui avait remporté l'Euro en 1972 puis la Coupe du Monde en 1974) et de la France de la fin du deuxième millénaire (Coupe du Monde 1998 puis Euro 2000). En outre, elle rejoint l'Allemagne au palmarès avec désormais trois trophées européens remportés. Et du reste, elle n'a plus encaissé de but en phase éliminatoire d'une grande compétition (si l'on excepte donc la Coupe des Confédérations 2009) depuis le 27 juin 2006 et un huitième de finale de Coupe du Monde remporté par la France (3-1). Le bourreau s'appelait ce jour là Zinedine Zidane, un joueur que la presse espagnole avait juré d'envoyer à la retraite. Et malheureusement, les torchons espagnols ne se sont pas mis au diapason du niveau de leur équipe, continuant de manifester une certaine arrogance. Heureusement pour eux que les résultats de la sélection leur donne raison, pour l'instant. Pour être honnête, c'est sans doute ce battage médiatique, en Espagne comme ailleurs, autour de cette équipe qui ne me fait que moyennement aimer celle-ci. Alors si j'ai un vœu à formuler, ce serait que l'on apprécie ces joueurs pour ce qu'ils sont : de formidables joueurs de football, et ce sans entrer dans des considérations extérieures.
Mais si cette finale a été très réussie, il ne faudra pas oublier que l'Espagne n'a pas toujours été flamboyante dans ce tournoi et qu'elle a été mise en difficulté par l'Italie (lors du match de poule), la Croatie (qui aurait sans doute du bénéficier d'un penalty) et le Portugal notamment. Et si la France n'avait pas déjà perdu le match dans sa tête avant d'entrer sur le terrain, elle avait également les moyens de faire quelque chose.
Enfin séduisante, à des années-lumière de la réputation que l'on pouvait avoir d'elle, l'Italie aura brillé par un jeu offensif audacieux grâce à un Pirlo retrouvé. Un résultat assez inattendu avant le coup d'envoi de la compétition, entre des prestations calamiteuses en amical (avec un 0-3 concédé face à la Russie à une semaine du début du tournoi en point d'orgue) et affaires de matchs truqués. Dommage qu'elle ait explosé lors de cette finale. À noter qu'en dépit de cette défaite, l'Italie sera présente à la Coupe des Confédérations 2013, au Brésil. L'Espagne était en effet déjà qualifiée grâce à son titre de champion du monde et en conséquence c'est le vice-champion d'Europe qui aura l'honneur de représenter le Vieux Continent. L'Italie avait déjà participé, en tant que championne du monde, à cette compétition en 2009, pour un résultat assez catastrophique avec une élimination dès le premier tour (victoire 3-1 face aux États-Unis puis défaites 0-1 face à l'Égypte et 0-3 face au Brésil).
Espagne 4-0 (mi-temps : 2-0) Italie
Buts : Silva (14'), J. Alba (41'), Torres (84'), Mata (88')
Avertissements : Espagne : Piqué (25') ; Italie : Barzagli (45')
Espagne : (1) Iker Casillas(c)/(17) Álvaro Arbeloa – (3) Gerard Piqué – (15) Sergio Ramos – (18) Jordi Alba/(8) Xavi – (16) Sergio Busquets – (14) Xabi Alonso/(21) David Silva (59' (7) Pedro Rodríguez) – (10) Francesc Fàbregas (75' (9) Fernando Torres) – (6) Andrés Iniesta (87' (13) Juan Mata)
Sélectionneur : Vicente del Bosque
Italie : (1) Gianluigi Buffon(c)/(7) Ignazio Abate – (15) Andrea Barzagli – (19) Leonardo Bonucci – (3) Giorgio Chiellini (21' (6) Federico Balzaretti)/(8) Claudio Marchisio – (21) Andrea Pirlo – (16) Daniele De Rossi/(18) Riccardo Montolivo (57' (5) Thiago Motta)/(9) Mario Balotelli – (10) Antonio Cassano (46' (11) Antonio Di Natale)
Sélectionneur : Cesare Prandelli
Homme du match : Andrés Iniesta (Espagne) (3ème citation)



Buteurs :
1. Mario Gómez (Allemagne) ; Mario Mandžukić (Croatie) ; FERNANDO TORRES (Espagne) ; Mario Balotelli (Italie) ; Cristiano Ronaldo (Portugal) ; Alan Dzagoev (Russie) : 
3 buts
7. Nicklas Bendtner, Michael Krohn-Dehli (Danemark) ; Xabi Alonso, Francesc Fàbregas, David Silva (Espagne) ; Dimitris Salpingidis (Grèce) ; Petr Jiráček, Václav Pilař (République Tchèque) ; Zlatan Ibrahimović (Suède) ; Andriy Chevtchenko (Ukraine) : 
2 buts
17. Lars Bender, Sami Khedira, Miroslav Klose, Philipp Lahm, Mesut Özil, Lukas Podolski, Marco Reus (Allemagne) ; Andy Carroll, Joleon Lescott, Wayne Ronney, Theo Walcott, Danny Welbeck (Angleterre) ; Nikica Jelavić (Croatie) ; Jordi Alba, Juan Mata, Jesús Navas (Espagne) ; Yohan Cabaye, Jérémy Ménez, Samir Nasri (France) ; Theofanis Gekas, Giorgos Karagounis, Giorgos Samaras (Grèce) ; Sean St Ledger (Irlande) ; Antonio Cassano, Antonio Di Natale, Andrea Pirlo (Italie) ; Rafael van der Vaart, Robin van Persie (Pays-Bas) ; Jakub Błaszczykowski, Robert Lewandowski (Pologne) ; Hélder Postiga, Pepe, Silvestre Varela (Portugal) ; Roman Chirokov, Roman Pavlioutchenko (Russie) ; Sebastian Larsson, Olof Mellberg (Suède) : 
1 but
A marqué contre son camp : Glen Johnson (Angleterre) pour la Suède



Contrairement aux éditions précédentes, aucun buteur ne se sera distingué dans cette compétition. Et au final, ils sont six à finir avec trois buts inscrits, y compris le Croate Mandžuki
ć et le Russe Dzagoev, pourtant issus d'équipes ayant quitté la compétition dès le premier tour. Mais au final, c'est Fernando Torres qui décroche le Soulier d'Or, récompensant le meilleur buteur de l'Euro. L'attaquant de Chelsea se détache du lot grâce à sa passe décisive, offerte en finale à Juan Mata. Problème : l'Allemand Mario Gómez, lui aussi auteur de trois buts, a également fait une passe décisive durant le tournoi. Et c'est dont le troisième critère qui permet à Torres de remporter ce trophée honorifique : le nombre de minutes jouées. Torres aura finalement pu tirer parti de son temps de jeu limité du à son statut de remplaçant. Qui l'eut cru ?
Grâce au festival espagnol en finale, il y aura eu au total 76 buts marqués au cours de cet Euro. C'est seulement un de moins que lors des éditions 2004 et 2008 mais il s'agit malgré tout du deuxième plus faible total depuis que l'Euro est passé à seize équipes, juste après 1996 (64 buts). Néanmoins, on a assisté à un Euro ouvert sur le plan du jeu, la plupart des équipes n'hésitant pas à aller de l'avant. Même la Grèce termine le tournoi avec cinq buts marqués, dont deux face à l'Allemagne. Et même les deux rencontres qui se sont achevées sur un 0-0 (Angleterre – Italie et Portugal – Espagne) étaient loin d'être ennuyeuses.

Andrés Iniesta termine meilleur joueur de la compétition, devant Andrea Pirlo. Une récompense méritée car si le milieu espagnol n'a pas brillé par ses statistiques (zéro but marqué et une passe décisive), il aura été excellent dans le jeu, provoquant constamment le danger malgré une position d'ailier gauche qui correspond moins à ses qualités que celle de milieu axial qu'il occupe généralement au Barça. Voici du reste l'équipe-type de la compétition ainsi que le classement des joueurs nommés homme du match.

Équipe-type :
Gardiens : Manuel Neuer (Allemagne) ; Iker Casillas (Espagne) ; Gianluigi Buffon (Italie)
Défenseurs : Philipp Lahm (Allemagne) ; Jordi Alba, Gérard Piqué, Sergio Ramos (Espagne) ; Fábio Coentrão, Pepe (Portugal)
Milieux : Sami Khedira, Mesut Özil (Allemagne) ; Steven Gerrard (Angleterre) ; Xabi Alonso, Sergio Busquets, Andrés Iniesta, Xavi (Espagne) ; Daniele De Rossi, Andrea Pirlo (Italie)
Attaquants : Francesc Fàbregas, David Silva (Espagne) ; Mario Balotelli (Italie) ; Cristiano Ronaldo (Portugal) ; Zlatan Ibrahimović (Suède)

Les hommes du match :
3 nominations : Andrés Iniesta (Espagne) ; Andrea Pirlo (Italie)
2 nominations : Mesut Özil (Allemagne) ; Cristiano Ronaldo (Portugal)
1 nomination : Mario Gómez, Lukas Podolski (Allemagne) ; Steven Gerrard (Angleterre) ; Mario Mandžukić (Croatie) ; Michael Krohn-Dehli (Danemark) ; Xabi Alonso, Fernando Torres (Espagne) ; Samir Nasri, Franck Ribéry (France) ; Giorgos Karagounis (Grèce) ; Antonio Cassano (Italie) ; Jakub Błaszczykowski, Robert Lewandowski (Pologne) ; Pepe (Portugal) ; Petr Jiráček, Václav Pilař (République Tchèque) ; Alan Dzagoev (Russie) ; Zlatan Ibrahimović, Olof Mellberg (Suède) ; Andriy Chevtchenko (Ukraine)

Voici également le classement final de cet Euro 2012 :
1. Espagne
---------------------------
2. Italie
---------------------------
3. Allemagne
4. Portugal
----------------------------
5. Angleterre
6. Grèce
7. République Tchèque
8. France
-----------------------------
9. Russie
10. Croatie
11. Suède
12. Danemark
13. Ukraine
14. Pologne
15. Pays-Bas
16. Irlande

Un classement qui reflète plutôt bien la hiérarchie européenne actuelle, en dehors du classement spectaculairement bas des Pays-Bas. Les Bataves, minés par les querelles d'égo et par une défense trop fragile, auront été avec l'Irlande (trop faible pour ce tournoi) et à un degré moindre la Russie l'une des déceptions du tournoi. Les pays organisateurs ont également quitté la compétition prématurément mais auront montré des intentions de jeu et auront été à la lutte jusqu'au bout. Quant aux huit équipes qui ont passé le premier tour, elles ont toutes montré qu'elles méritaient leur place à ce niveau. On aurait simplement plus aimé voir la France tenter face à l'Espagne. Dommage qu'elle ait eu un tel complexe d'infériorité. Car l'Euro n'a pas si été catastrophique que ça pour les Bleus, qui auront réalisé de très bonnes prestations dans ce tournoi, face à l'Angleterre et surtout lors du match épique face à l'Ukraine.
La qualité de jeu aura été l'une des principales satisfactions de cet Euro 2012.
À titre personnel, j'ai également beaucoup apprécié, sur un plan assez éloigné du jeu certes, la chanson officielle de cet Euro bien que celle-ci soit assez "stéréotypée", finalement (ici) et surtout la musique qui accompagnait les joueurs à leur entrée sur le terrain (ici), qui semblait parfaitement adaptée à la hauteur des enjeux.

Au niveau des points négatifs, on évoquera les quelques défaillances constatées au niveau de l'organisation, même si tout s'est plutôt bien déroulé dans l'ensemble. En vrac, on évoquera les cris racistes lors de l'entraînement des Pays-Bas, les bagarres entre « supporters » russes et polonais, les incidents provoqués par les « supporters » croates et, pire encore, les décès dans des conditions pour le moins mystérieuses d'un supporter irlandais en Pologne et d'un fan espagnol en Ukraine.
Autre point négatif, le traitement médiatique de cette compétition en France. À croire que les chaînes de télé ont voulu nous sevrer au maximum d'images de football. Pour la première fois dans l'histoire, une chaîne payante s'est arrogée les droits de certains matchs. Ceux qui n'étaient pas abonnés à BeIn Sport auront donc manqué la moitié des matchs du premier tour. Un premier pas vers la privatisation du foot ? On ne jettera pas la pierre ici à la chaîne du groupe Al-Jazira, qui a après tout bien raison de vouloir se positionner sur le marché français. Non, les principaux coupables sont l'UEFA et les instances dirigeantes du football français qui ne voient que l'attrait de l'argent et qui ont oublié l'intérêt des téléspectateurs. Une situation qui sera amenée à se reproduire à l'avenir, malheureusement. BeIn Sport, qui détient également les droits pour la Ligue des Champions et la Ligue Europa la saison prochaine, a en effet déjà obtenu les droits pour l'Euro 2016. Néanmoins, les premiers échos en provenance de cette chaîne sont plutôt bons (lire ici).
Mais le traitement de cet Euro sur les chaînes hertziennes n'aura globalement pas été satisfaisant. La part du football a été limitée au maximum, avec en prime une innovation déjà vue lors de la dernière Coupe du Monde de rugby : de la publicité entre les hymnes nationaux et le coup d'envoi. Les commentaires n'ont pas été d'un très haut niveau, notamment chez M6 qui aura ressorti Denis Balbir du placard, pour le plus grand malheur de nos oreilles. Ce qui nous fait regretter d'autant plus l'absence de Thierry Roland qui aurait du commenter cet Euro mais qui était malheureusement victime de soucis de santé qui auront eu raison de lui le 16 juin dernier, à l'âge de 74 ans. Quant aux émissions consacrées au sujet, elles ne parlaient que peu des matchs qui s'étaient déroulés durant la journée, expédiés dans de brefs résumés pour privilégier le côté talk-show.
Autre reproche : la surabondance de statistiques inutiles que j'ai constaté, notamment sur internet. À quoi bon vouloir créer des séries de matchs quand ceux-ci sont espacés de deux ans, quatre ans, voire plus ? Peut-être en raison d'une connivence avec le milieu des paris en lignes. Je me souviens que juste après le passage de la loi légalisant ceux-ci (juste avant la Coupe du Monde 2010, comme par hasard), on entendait les commentateurs évoquer les cotes à l'antenne, en justifiant celles-ci par des séries statistiques parfois absurdes, comme par exemple le fait que l'Algérie ait encaissé des buts sur tous ses matchs de Coupe du Monde. Il n'y avait jamais après tout que vingt-quatre ans d'écart entre les deux dernières participations algériennes à une Coupe du Monde.
Et que dire du traitement réservé à l'équipe de France ? Entre la volonté de créer un « Knysna 2 » chez
L'Équipe et les débats post-élimination qui auront surtout servi de défouloir aux idées réactionnaires les plus abjectes, on ne pourra pas dire que l'on aura vécu un Euro serein à ce niveau là. Au final, on a le choix entre deux options : soit la France gagne et tout va bien dans le meilleur des mondes, soit elle perd et il faut chercher des coupables.



Pour terminer, rappelons qu'il s'agit du dernier Euro disputé à seize équipes. Je vous proposerais dans quelques jours un bilan de l'Euro depuis 1996 et le passage à seize équipes.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 23:05

Bonjour à tous ! Pas le temps et pas le cœur de rédiger ces articles à propos des demi-finales de cet Euro 2012. Je vous laisse donc avec les comptes-rendus des deux matchs ainsi qu'avec les résumés du site de l'UEFA, qui proposent également photos, vidéos et statistiques.

Rendez-vous après la finale !



Portugal 0-0 (mi-temps : 0-0, fin du temps réglementaire : 0-0, mi-temps des prolongations : 0-0), 2-4 t.a.b. Espagne
Avertissements : Portugal : F. Coentrão (45'), Pepe (61'), J. Pereira (64'), B. Alves (86'), M. Veloso (90'+3') ; Espagne : S. Ramos (40'), Busquets (60'), Arbeloa (84'), X. Alonso (113')
Tirs au but : X. Alonso (arrêté, 0-0), J. Moutinho (arrêté, 0-0), Iniesta (réussi, 0-1), Pepe (réussi, 1-1), Piqué (réussi, 1-2), Nani (réussi, 2-2), S. Ramos (réussi, 2-3), B. Alves (manqué, 2-3), Fàbregas (réussi, 2-4)
Portugal : (12) Rui Patrício/(21) João Pereira – (3) Pepe – (2) Bruno Alves – (5) Fábio Coentrão/(16) Raul Meireles (113' (18) Silvestre Varela) – (4) Miguel Veloso (106' (6) Custódio) – (8) João Moutinho/(17) Nani – (9) Hugo Almeida (81' (11) Nélson Oliveira) – (7) Cristiano Ronaldo(c)
Sélectionneur : Paulo Bento
Espagne : (1) Iker Casillas(c)/(17) Álvaro Arbeloa – (3) Gerard Piqué – (15) Sergio Ramos – (18) Jordi Alba/(8) Xavi (87' (7) Pedro Rodríguez) – (16) Sergio Busquets – (14) Xabi Alonso/(21) David Silva (60' (22) Jesús Navas) – (11) Álvaro Negredo (54' (10) Francesc Fàbregas) – (6) Andrés Iniesta
Sélectionneur : Vicente del Bosque
Homme du match : Sergio Ramos (Espagne)
Résumé


Allemagne 1-2 (0-2) Italie
Buts : Allemagne : Özil (90'+2' sp) ; Italie : Balotelli (20', 36')
Avertissements : Allemagne : Hummels (90'+4') ; Italie : Balotelli (37'), Bonucci (61'), De Rossi (84'), T. Motta (89')
Allemagne : (1) Manuel Neuer/(20) Jérôme Boateng (71' (13) Thomas Müller) – (5) Mats Hummels – (14) Holger Badstuber – (16) Philipp Lahm(c)/(6) Sami Khedira – (7) Bastian Schweinsteiger/(18) Toni Kroos – (8) Mesut Özil – (10) Lukas Podolski (46' (21) Marco Reus)/(23) Mario Gómez (46' (11) Miroslav Klose)
Sélectionneur : Joachim Löw
Italie : (1) Gianluigi Buffon(c)/(6) Federico Balzaretti – (15) Andrea Barzagli – (19) Leonardo Bonucci – (3) Giorgio Chiellini/(8) Claudio Marchisio – (21) Andrea Pirlo – (16) Daniele De Rossi/(18) Riccardo Montolivo (64' (5) Thiago Motta)/(9) Mario Balotelli (70' (11) Antonio Di Natale) – (10) Antonio Cassano (58' (22) Alessandro Diamanti)
Sélectionneur : Cesare Prandelli
Homme du match : Andrea Pirlo (Italie) (3ème citation)
Résumé



Buteurs :
1. Mario Gómez (Allemagne) ; Mario Mandžukić (Croatie) ; Mario Balotelli (Italie) ; Cristiano Ronaldo (Portugal) ; Alan Dzagoev (Russie) : 3 buts
6. Nicklas Bendtner, Michael Krohn-Dehli (Danemark) ; Xabi Alonso, Francesc Fàbregas, Fernando Torres (Espagne) ; Dimitris Salpingidis (Grèce) ;
 Petr Jiráček, Václav Pilař (République Tchèque) ; Zlatan Ibrahimović (Suède) ; Andriy Chevtchenko (Ukraine) : 2 buts
16. Lars Bender, Sami Khedira, Miroslav Klose, Philipp Lahm, Mesut Özil, Lukas Podolski, Marco Reus (Allemagne) ; Andy Carroll, Joleon Lescott, Wayne Ronney, Theo Walcott, Danny Welbeck (Angleterre) ; Nikica Jelavić (Croatie) ; Jesús Navas, David Silva (Espagne) ; Yohan Cabaye, Jérémy Ménez, Samir Nasri (France) ; Theofanis Gekas, Giorgos Karagounis, Giorgos Samaras (Grèce) ; Sean St Ledger (Irlande) ; Antonio Cassano, Antonio Di Natale, Andrea Pirlo (Italie) ; Rafael van der Vaart, Robin van Persie (Pays-Bas) ; Jakub Błaszczykowski, Robert Lewandowski (Pologne) ; Hélder Postiga, Pepe, Silvestre Varela (Portugal) ; Roman Chirokov, Roman Pavlioutchenko (Russie) ; Sebastian Larsson, Olof Mellberg (Suède) :
 1 but
A marqué contre son camp : Glen Johnson (Angleterre) pour la Suède 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 12:29

Euro2012Fra.jpg

France : oublier Kircha

Bras de fer aujourd’hui entre Laurent Blanc et Noël Le Graët. Aucun des deux hommes n’est satisfait de leur collaboration et si l’objectif sportif fixé aux Bleus de Blanc (1/4 de finale) a été atteint avec un match gagné dans un grand tournoi, ce qui n’était plus arrivé depuis 6 ans (donc deux tournois, 2008 et 2010), l’objectif d’image est clairement raté.

Si Blanc reste, c’est pour gagner la Coupe du Monde. Un seul objectif, la gagne.

Pour la gagner, il faut se qualifier bien sûr, bâtir un groupe qui arrivera à vivre ensemble et respecter des fondamentaux, construire une identité de jeu et trouver une équipe type.

Le projet de Blanc

Deux ans d’expérience de la fonction et 27 matchs ont permis à Blanc de croire dans son 4-3-3 qui lui aura apporté ses plus belles victoires à commencer par la Bosnie (1) en septembre 2010, l’Allemagne (2) en février 2012 ou la Serbie (3) en mai 2012. La seule variante dans ce 4-3-3 étant la direction du triangle des trois milieux : orienté vers le but adverse (avec un numéro 10) ou vers le nôtre (avec une sentinelle unique numéro 6).

Grâce à Laurent Blanc, l’Equipe de France a retrouvé un Franck Ribéry à la hauteur de l’Equipe de France alors qu’on pensait l’avoir perdu. Alou Diarra que je suis le premier à avoir critiqué a été irréprochable dans l’engagement et le comportement et aurait finalement mérité d’être le Capitaine ! Malouda également irréprochable. Alou et Florent méritent de voir le Brésil avec ce groupe, sans toutefois prétendre à des places de titulaires vu leur (déjà) grand âge.

Rien à dire sur Benzéma et Lloris qui ont fait de leur mieux de chaque côté du terrain. Il a manqué à mon sens un appui en attaque à Benzéma et un pourvoyeur de ballons pour lui permettre de donner sa pleine mesure (Giroud et Martin).

Koscielny, Debuchy et Clichy ont fait plus que confirmer. La France tient sa défense pour les deux prochaines années, reste à compléter la charnière centrale : Kaboul me semble le choix le plus logique, Sakho, Yanga Mbiwa et Varane étant dans le groupe jusqu’à la CM sauf mauvaise conduite.

La grosse révélation au milieu n’aura pas été M’Vila mais Cabaye. C’est à lui qu’il faut confier les clés du camion, qui doit tirer les coups francs et porter le brassard. Reste à trouver qui sera la nouvelle sentinelle des Bleus. M’Vila a besoin de prendre un peu de recul. Matuidi et Capoue peuvent le faire et doivent dans un premier temps intégrer le groupe. L’Equipe a besoin de joueurs d’expérience et de caractère, je choisis Mavuba pour finir 2012 à ce poste.

Au prochain match, nous pourrions ainsi retrouver une équipe :

Ribéry Giroud Valbuena

Benzéma

Mavuba Cabaye

Clichy Koscielny Kaboul Debuchy

Lloris

Et devinez quoi, si c’est Deschamps qui remplace Blanc … et bien c’est pareil !

(1) avec déjà Lloris, Rami, Mexès, Clichy, Diarra, M’Vila Diaby, Malouda, Valbuena et Benzéma.

(2) avec Debuchy-Valbuena sur le côté droit, Rami Mexès M’Vila Cabaye Ribéry Giroud.

(3) avec Lloris, Koscielny, Mexès, Clichy, M’Vila, Cabaye, Malouda, Ribéry et Benzéma.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 02:37

On est désormais entré dans la phase à élimination directe dans cet Euro 2012. Avant les rencontres du dernier carré, retour sur les quarts de finale.
(photos : uefa.com)



Euro-Q1.jpg
La tête plongeante victorieuse de Cristiano Ronaldo. Le Portugal s'impose face à la République Tchèque (1-0)

Le Portugal était le premier favori en lice, à Varsovie, et il était opposé à l'un des invités surprise de ces quarts de finale, la République Tchèque, qui a fini en tête du groupe A.
Le scénario du match semble connu à l'avance : les Portugais allaient attaquer et les Tchèques résister en tenant de jouer les contres à fond. Mais ils devront se passer pour cette rencontre de leur meneur de jeu et capitaine Tomáš Rosický, blessé comme trop souvent depuis quelques années, et remplacé par le jeune Vladimír Darida. Le Portugal aligne de son côté son équipe habituelle, la même que depuis le début de la compétition.
C'est la République Tchèque qui mène le jeu d'entrée, privant les Portugais de ballons sans pour autant les mettre en danger. Cette domination se traduit uniquement par quelques incursions aux abords de la surface portugaise qui donneront lieu, au mieux, à des corners. Après cette période difficile, traduite par deux avertissements quasiment consécutifs pour Nani et Miguel Veloso autour de la demi-heure de jeu, le Portugal prend les choses en main à l'image de Cristiano Ronaldo. La star du Real Madrid, auteur d'un doublé contre les Pays-Bas, s'offre trois balles de but en fin de première période avec un retourné acrobatique qui ratait le cadre (33'), un coup franc lointain qui passait à côté (35') et surtout avec un enchainement contrôle puis frappe, dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, qui terminait sa course sur le montant de Petr
Čech. Entre temps, l'avant-centre titulaire du Portugal, Hélder Postiga, avait du céder sa place à Hugo Almeida en raison d'une blessure. À la mi-temps, le score est nul et vierge. Après une domination dans la possession de balle en début de partie, la République Tchèque a reculé face aux assauts de Portugais de plus en plus présents.
Le Portugal confirme ses intentions en seconde période et les alertes se multiplient devant la cage de Petr Čech. Hugo Almeida s'illustre le premier à la 46ème minute avec une tête qui passe au dessus. Trois minutes plus tard, Cristiano Ronaldo obtient un coup franc qu'il se charge de frapper. Le ballon finit sa course dans le mur mais il est dévié par une main. Deuxième chance, de plus près, pour le capitaine portugais dont la frappe allait cette fois heurter le poteau. Peu avant l'heure de jeu, les Portugais pensent avoir marqué mais le but de Hugo Almeida était logiquement refusé pour une position de hors jeu. La pression reste très présente sur le but tchèque et Čech doit s'employer pour détourner une frappe de João Moutinho qui semblait filer sous la barre (64'). Il fallait attendre la 79ème minute pour que le Portugal concrétise enfin sa domination : Cristiano Ronaldo est à la réception d'un centre de João Moutinho d'une tête plongeante et il ne laisse cette fois aucune chance à Čech. Ouverture du score logique pour le Portugal et troisième but pour Cristiano Ronaldo dans cet Euro. La République Tchèque doit réagir mais elle continue de prendre l'eau, et elle doit encore compter sur son gardien pour détourner une bonne frappe de João Pereira (82'). Elle parvient néanmoins à obtenir un corner en toute fin de match sur lequel Čech monte mais celui-ci ne donne rien. Pire, il aboutit à un contre portugais (alors que les buts étaient vides !) finalement mal négocié. Très logiquement, le Portugal s'impose 1-0 et prend sa revanche sur les Tchèques qui l'avait éliminé à ce même stade de la compétition, sur ce même score, il y a seize ans.
Ce sera la quatrième demi-finale d'un Euro pour le Portugal qui avait déjà atteint ce stade de la compétition en 1984, 2000 et 2004. Après un premier tour bien géré dans un groupe difficile, les Portugais ont fait le travail face à un adversaire à leur portée. La République Tchèque, bien que largement dominée, quitte cet Euro la tête haute et elle aura vu certains de ses joueurs se révéler aux yeux de l'Europe, à l'image de Jiráček, Gebre Selassie et Pilař. Les deux derniers cités viennent d'ailleurs de rejoindre le championnat allemand.

République Tchèque 0-1 (mi-temps : 0-0) Portugal
But : C. Ronaldo (79')
Avertissements : République Tchèque : Limberský (90') ; Portugal : Nani (26'), Miguel Veloso (27')
République Tchèque : (1) Petr Čech(c)/(2) Theodor Gebre Selassie – (6) Tomáš Sivok – (3) Michal Kadlec – (8) David Limberský/(17) Tomáš Hübschman (86' (20) Tomáš Pekhart) – (13) Jaroslav Plašil/(19) Petr Jiráček – (22) Vladimír Darida (61' (9) Jan Rezek) – (14) Václav Pilař/(15) Milan Baroš
Sélectionneur : Michal Bílek
Portugal : (12) Rui Patrício/(21) João Pereira – (3) Pepe – (2) Bruno Alves – (5) Fábio Coentrão/(16) Raul Meireles (88' (14) Rolando) – (4) Miguel Veloso – (8) João Moutinho/(17) Nani (84' (6) Custódio) – (23) Hélder Postiga (40' (9) Hugo Almeida) – (7) Cristiano Ronaldo(c)
Sélectionneur : Paulo Bento
Homme du match : Cristiano Ronaldo (Portugal) (2ème citation)



Euro-Q2.jpg
La joie des joueurs allemands, faciles vainqueurs de la Grèce (4-2)

On annonçait une balade de santé pour l'Allemagne, qui s'était qualifiée sans trembler dans un groupe pourtant très difficile, à Gdansk face à la Grèce, une équipe qui a passé assez miraculeusement le premier tour. Le contexte du match était assez particulier en raison des tensions entre les deux pays dans le domaine économique. Plongée dans une crise sans précédent, la Grèce tenait avec cette rencontre face au représentant du géant économique de l'Union Européenne l'occasion de prendre en quelque sorte sa revanche.
Mais la Grèce devait faire sans son capitaine Karagounis, injustement suspendu après avoir écopé lors du match face à la Russie d'un carton jaune pour une simulation alors que la faute était bien réelle. L'Allemagne disposait d'un groupe au complet mais elle choisissait de faire tourner en attaque. Les titulaires habituels Müller, Podolski et Gómez étaient ainsi remplacés par Reus, Schürrle et par l'emblématique Miroslav Klose. Excès de confiance ou stratégie ?
Même remaniée, l'Allemagne ne doute pas et attaque dès les premières minutes face à une équipe grecque qui n'allait de toute façon pas se livrer. Elle pense d'ailleurs ouvrir le score après seulement quatre minutes de jeu par Klose, à l'affut après une frappe de Khedira repoussée par Sifakis, mais le but était refusé pour une position de hors-jeu. L'Allemagne poursuit sa domination face à une Grèce agressive, à l'image de Samaras, mais sans se procurer d'occasion jusqu'à la 24ème minute et une frappe d'Özil, après un joli mouvement collectif, sur laquelle le gardien grec était impérial. Sifakis s'illustre de nouveau devant Khedira à la 36ème minute. La délivrance interviendra finalement pour les Allemands à la 39ème minute grâce à son capitaine Philipp Lahm, un défenseur. Parti depuis le côté gauche, celui-ci frappait en force du droit depuis l'extérieur de la surface et ouvrait la marque. Ce n'est pas la première fois que Lahm s'illustre en phase finale : sa position d'arrière gauche droitier lui offre souvent ce genre d'opportunités : c'est ainsi que le capitaine allemand avait marqué le premier but de la phase finale de la Coupe du Monde 2006, face au Costa Rica (victoire allemande 4-2) ainsi que le but qui donnait la victoire en toute fin de match à l'Allemagne face à la Turquie en demi-finale de l'Euro 2008 (3-2). Le score ne bougera pas jusqu'à la mi-temps, malgré une nouvelle occasion allemande dans les arrêts de jeu signée Schürrle, mais il aurait pu être bien plus lourd.
Forcée de réagir, la Grèce réalise deux changements à la pause, en faisant entrer notamment son buteur Theofanis Gekas, décalant ainsi l'avant-centre Salpingidis sur le côté droit de l'attaque. La deuxième mi-temps ressemble au départ à la première, avec donc une domination allemande stérile. Un manque d'efficacité payé cash à la 55ème minute : la Grèce part en contre sur le côté droit avec Salpingidis qui centrait pour Samaras qui devançait Boateng de manière peu orthodoxe (lol) pour pousser le ballon au fond des filets. Cette égalisation grecque, inattendue et inespérée, est une véritable sensation. Mais loin de se désunir, l'Allemagne repart à l'attaque de plus belle et reprend l'avantage à peine six minutes après l'égalisation grâce à Khedira, qui catapulte grâce à une reprise de volée le ballon au fond des filets grecs après un centre de Boateng. Ce but mine le moral des Grecs qui ne peuvent plus faire grand chose par la suite face à la déferlante allemande. Klose, de la tête à la réception d'un coup franc d'Özil (68'), puis Reus, à l'affut après un ballon relâché par Sifakis (74') inscrivent deux nouveaux buts qui mettent la Grèce définitivement hors jeu. Mais celle-ci parviendra tout de même à sauver l'honneur en toute fin de match en obtenant un penalty pour une faute de main de Boateng sur un centre de Fotakis. Déjà buteur lors du match d'ouverture face à la Pologne, Salpingidis prenait Neuer à contre-pied pour inscrire le second but grec de la soirée. Il s'agit du premier penalty transformé de cette compétition : un seul avait été obtenu auparavant... par la Grèce, face à la Pologne, mais il avait été raté par Karagounis. Score final : 4-2 pour l'Allemagne, une victoire largement méritée qui aurait pu être plus nette. Mais la Grèce repart de Pologne avec les honneurs.
L'Allemagne se qualifie comme en 2008 pour les demi-finales. Pour une deuxième finale consécutive ? Les changements effectués par Joachim Löw dans ce match auront été payants et cela ne peut être que bénéfique pour la suite : les « remplaçants » ont pu avoir du temps de jeu et se sont imposés comme des recours intéressants tandis que les titulaires ont pu avoir un repos bien précieux dans une phase finale où tout s'enchaine toujours très vite. La Grèce aura réalisé un parcours honorable, assez inattendu. Après la victoire de 2004, cette élimination en quarts de finale constitue la deuxième meilleure performance de son histoire.
Allemagne 4-2 (1-0) Grèce
Buts : Allemagne : Lahm (39'), Khedira (61'), Klose (68'), Reus (74') ; Grèce : Samaras (55'), Salpingidis (89' sp)
Avertissements : Grèce : Samaras (14'), Papastathopoulos (75')
Allemagne : (1) Manuel Neuer/(20) Jérôme Boateng – (5) Mats Hummels – (14) Holger Badstuber – (16) Philipp Lahm(c)/(6) Sami Khedira – (7) Bastian Schweinsteiger/(21) Marco Reus (80' (19) Mario Götze) – (8) Mesut Özil – (9) André Schürrle (67' (13) Thomas Müller)/(11) Miroslav Klose (80' (23) Mario Gómez)
Sélectionneur : Joachim Löw
Grèce : (13) Michalis Sifakis/(15) Vasilis Torosidis – (19) Sokratis Papastathopoulos – (5) Kyriakos Papadopoulos – (3) Giorgos Tzavellas (46' (16) Giorgos Fotakis)/(6) Grigoris Makos (72' (9) Nikos Liberopoulos) – (2) Giannis Maniatis/(18) Sotiris Ninis (46' (17) Theofanis Gekas) – (21) Kostas Katsouranis(c) – (7) Giorgos Samaras/(14) Dimitris Salpingidis
Sélectionneur : Fernando Santos
Homme du match : Mesut Özil (Allemagne) (2ème citation)



Euro-Q3.jpg
Xabi Alonso inscrit son deuxième but de la soirée sur penalty. C'est fini pour la France, battue 2-0 par l'Espagne

Après sa défaite face à la Suède lors du dernier match de poule (0-2), la France devait affronter l'Espagne en quarts de finale, à Donetsk. Une mission très difficile mais pas impossible. Car si l'Espagne s'était qualifiée relativement facilement pour ces quarts de finale, elle a montré quelques signes de faiblesse notamment face à la Croatie.
Laurent Blanc avait affirmé avant la rencontre craindre l'Espagne et cela s'est vérifié dans sa composition d'équipe puisque à la surprise générale c'est Mathieu Debuchy, habituel latéral droit, qui accompagnait Benzema et Ribéry sur le front de l'attaque. En défense, Koscielny était titulaire en raison de la suspension de Mexès tout comme Réveillère, qui profitait des réajustements tactiques. Et au milieu, M'Vila était associé à Cabaye et Malouda. Une orientation plutôt défensive donc. Du côté espagnol, on avait pris parti pour la possession de balle puisque Fàbregas était préféré à Torres en pointe.
Dans cette configuration défensive, la France laisse le ballon aux Espagnols en espérant jaillir en contre. Mais la possession espagnole s'avère stérile dans ce début de match bien en place. Le tenant du titre ouvrira toutefois le score à la 19ème minute : Jordi Alba devance Debuchy et centrait pour Xabi Alonso libre de tout marquage et qui pouvait tranquillement battre Lloris de la tête. Le plan de Laurent Blanc a échoué puisque c'est du côté droit, pourtant renforcé, qu'est venu le but. Malouda est également coupable puisqu'il ne suit pas Xabi Alonso qui partait à toute vitesse vers la surface de réparation. Ce but a au moins le mérite de réveiller une équipe de France qui parvient à se procurer deux coup francs intéressants. Le premier à la 26ème minute est frappé directement par Benzema qui envoyait son ballon dans les tribunes. C'est Cabaye qui prend sa chance six minutes plus tard : cette fois la tentative est cadrée et se dirige vers la lucarne de Casillas qui parvient à repousser en corner. À la mi-temps, l'Espagne mène 1-0.
La deuxième mi-temps s'avère être assez ennuyeuse, au final. L'Espagne garde le ballon sans mettre vraiment l'équipe de France en danger, sauf autour de l'heure de jeu quand Lloris enlève un ballon chaud des pieds de Fàbregas. L'équipe de France tente de jouer les coups à fond et presse plutôt bien mais sans inquiéter non plus Casillas, qui n'aura à s'employer que sur un centre en retrait dangereux de Ribéry (71'). L'Espagne se dirige vers une victoire tranquille et elle obtient en toute fin de match un penalty pour une faute discutable de Réveillère sur Pedro, entré en jeu peu auparavant. Xabi Alonso le transforme et s'offre un doublé pour sa centième sélection. Et l'Espagne s'impose au final, logiquement, 2-0.
Ce match ne restera pas dans les annales, et ce bien qu'il s'agisse de la première victoire de l'Espagne sur la France en compétition. Sans trembler mais sans se montrer réellement souverain, le tenant du titre poursuit l'aventure mais il a affiché des lacunes inhabituelles. On a ainsi vu les Espagnols perdre notamment des ballons au milieu du terrain voire dans son camp, ce qui est assez rare. La France aura laissé passer sa chance. La faute sans doute à une tactique trop frileuse de la part de son sélectionneur, beaucoup trop respectueux d'une équipe espagnole qui aura pourtant montré, sur ce match et sur le précédent, qu'elle n'était pas intouchable. Quant aux problèmes extra-sportifs... ce n'est pas l'objet de cet article, mais je pourrais y revenir plus tard.
Espagne 2-0 (1-0) France
Buts : Xabi Alonso (19', 90'+1' sp)
Avertissements : Espagne : S. Ramos (31') ; France : Cabaye (42'), Ménez (76')
Espagne : (1) Iker Casillas(c)/(17) Álvaro Arbeloa – (3) Gerard Piqué – (15) Sergio Ramos – (18) Jordi Alba/(8) Xavi – (16) Sergio Busquets – (14) Xabi Alonso/(21) David Silva (65' (7) Pedro Rodríguez) – (10) Francesc Fàbregas (67' (9) Fernando Torres) – (6) Andrés Iniesta (84' (20) Santi Cazorla)
Sélectionneur : Vicente del Bosque
France : (1) Hugo Lloris(c)/(13) Anthony Réveillère – (4) Adil Rami – (21) Laurent Koscielny – (22) Gaël Clichy/(6) Yohan Cabaye – (17) Yann M'Vila (79' (9) Olivier Giroud) – (15) Florent Malouda (65' (11) Samir Nasri)/(2) Mathieu Debuchy (64' (14) Jérémy Ménez) – (10) Karim Benzema – (7) Franck Ribéry
Sélectionneur : Laurent Blanc
Homme du match : Xabi Alonso (Espagne)


Euro-Q4.jpg
Le gardien anglais Joe Hart tente de déconcentrer Andrea Pirlo lors de la séance de tirs au but du match Angleterre - Italie. Mais le maestro italien, auteur d'un match énorme, transformera son penalty de belle manière. Après un match nul à l'issue des prolongations (0-0), l'Italie s'impose aux tirs au but (4-2)
 

À Kiev, le dernier quart de finale opposait deux équipes assez similaires. Deux équipes que l'on annonçait très affaiblies avant le début du tournoi mais qui ont su passer le premier tour. Il s'agissait de l'Angleterre et de l'Italie.
Les Anglais alignaient la même équipe que celle qui a battu l'Ukraine (1-0) tandis que l'Italie confirmait son 4-4-2 qui lui avait permis de venir à bout de l'Irlande mais avec deux changements : Montolivo remplaçait Motta au poste de meneur de jeu tandis que Balotelli retrouvait une place de titulaire au détriment de Di Natale.
Le match démarre tambour battant et ce sont les Italiens qui affirment les premiers leurs ambitions. On joue depuis trois minutes quand De Rossi, de 35 mètres, envoie une frappe lourde sur le poteau de Hart. Deux minutes plus tard, l'Angleterre répond par Johnson dont la frappe est captée par Buffon. Deux occasions très nettes en cinq minutes : le match est bel et bien lancé. L'Italie monte petit à petit en puissance, à l'image de son maestro Andrea Pirlo, et se crée une belle occasion à la 26ème minute : Balotelli est lancé à la limite du hors-jeu par Pirlo mais il tergiverse et se fait rattraper par Terry alors qu'il se présentait seul face à Hart. Cassano tente également sa chance mais Hart est impérial (38'). Trois minutes plus tard, Pirlo sert Cassano qui remet de la tête en direction de Balotelli mais l'attaquant italien est de nouveau devancé par Terry. 0-0 à la pause : après un bon départ, l'Angleterre doit subir les offensives italiennes.
Les occasions italiennes se multiplient après la reprise. De Rossi (49'), puis Balotelli (52', devancé par Terry et 60' sur un retourné qui passe au dessus) se mettent notamment en valeur, sans parvenir à trouver la faille. L'Italie continue de dominer en deuxième période, sans succès. L'Angleterre se crée bien quelques occasions, à l'image d'un retourné de Rooney au dessus dans les arrêts de jeu, mais est largement dominée. Et elle peut s'estimer chanceuse d'arriver à 0-0 à la fin du temps réglementaire. C'est d'ailleurs le premier match nul et vierge (à l'issue du temps réglementaire) dans cet Euro.
La domination est toujours italienne à l'entame de la prolongation et celle-ci manque d'un rien d'être payante à la 101ème minute, sur une frappe enroulée (ou un centre) du rentrant Diamanti qui terminait sa course sur le poteau de Hart. La deuxième mi-temps de la prolongation est du même acabit. L'Italie pense enfin trouver la faille à la 115ème minute mais Nocerino est signalé hors-jeu, à juste titre. Et le match se termine sur un score de 0-0 : ce sont donc les tirs aux but qui vont décider du vainqueur.
Balotelli est le premier à s'élancer, peu après que le commentateur de M6 Denis Balbir ait annoncé que ce dernier n'allait pas tirer dans cette séance. Bien vu ! L'attaquant de Manchester City, malheureux durant toute la rencontre, bat son coéquipier en club Joe Hart et ouvre le score. Steven Gerrard égalise ensuite pour l'Angleterre. Montolivo est le deuxième tireur italien. Il a l'occasion de donner l'avantage à son équipe mais il rate sa tentative qui passe à côté. Dans la foulée, Rooney donne l'avantage à l'Angleterre. Vient ensuite le tour de Pirlo : impérial durant le temps réglementaire, le métronome italien ose et réussit une
Panenka, pour permettre à son équipe d'égaliser. Ashley Young peut redonner l'avantage à l'Angleterre mais sa frappe trouve la barre transversale. Et Nocerino, juste derrière, redonne l'avantage à l'Italie. Ashley Cole a une balle d'égalisation mais son tir est arrêté par Buffon. Diamanti s'élance : il réussit sa tentative et l'Italie est en demi-finales !
Cette qualification est amplement méritée pour l'Italie qui aura montré un visage très séduisant face à une Angleterre laborieuse et solidaire mais qui n'aura pas démérité malgré tout.
Angleterre 0-0 a.p. (0-0 ; fin du temps réglementaire : 0-0, mi-temps des prolongations : 0-0), 2-4 t.a.b. Italie
Avertissements : Italie : Barzagli (82'), Maggio (93', suspendu au prochain match)
Tirs au but : Balotelli (réussi, 0-1), Gerrard (réussi, 1-1), Montolivo (manqué, 1-1), Rooney (réussi, 2-1), Pirlo (réussi, 2-2), Young (manqué, 2-2), Nocerino (réussi, 2-3), A. Cole (arrêté, 2-3), Diamanti (réussi, 2-4)
Angleterre : (1) Joe Hart/(2) Glen Johnson – (6) John Terry – (15) Joleon Lescott – (3) Ashley Cole/(16) James Milner (60' (7) Theo Walcott) – (4) Steven Gerrard(c) – (17) Scott Parker (94' (8) Jordan Henderson) – (11) Ashley Young/(10) Wayne Rooney/(22) Danny Welbeck (60' (9) Andy Carroll)
Sélectionneur : Roy Hogdson
Italie : (1) Gianluigi Buffon(c)/(7) Ignazio Abate (90'+1' (2) Christian Maggio) – (15) Andrea Barzagli – (19) Leonardo Bonucci – (6) Federico Balzaretti/(8) Claudio Marchisio – (21) Andrea Pirlo – (16) Daniele De Rossi (80' (23) Antonio Nocerino)/(18) Riccardo Montolivo/(9) Mario Balotelli – (10) Antonio Cassano (78' (22) Alessandro Diamanti)
Sélectionneur : Cesare Prandelli
Homme du match : Andrea Pirlo (Italie) (2ème citation)



Buteurs :
1. Mario Gómez (Allemagne) ; Mario Mandžukić (Croatie) ; Cristiano Ronaldo (Portugal) ; Alan Dzagoev (Russie) : 3 buts
5. Nicklas Bendtner, Michael Krohn-Dehli (Danemark) ; Xabi Alonso, Francesc Fàbregas, Fernando Torres (Espagne) ; Dimitris Salpingidis (Grèce) ;
 Petr Jiráček , Václav Pilař (République Tchèque) ; Zlatan Ibrahimović (Suède) ; Andriy Chevtchenko (Ukraine) : 2 buts
15. Lars Bender, Sami Khedira, Miroslav Klose, Philipp Lahm, Lukas Podolski, Marco Reus (Allemagne) ; Andy Carroll, Joleon Lescott, Wayne Ronney, Theo Walcott, Danny Welbeck (Angleterre) ; Nikica Jelavić (Croatie) ; Jesús Navas, David Silva (Espagne) ; Yohan Cabaye, Jérémy Ménez, Samir Nasri (France) ; Theofanis Gekas, Giorgos Karagounis, Giorgos Samaras (Grèce) ; Sean St Ledger (Irlande) ; Mario Balotelli, Antonio Cassano, Antonio Di Natale, Andrea Pirlo (Italie) ; Rafael van der Vaart, Robin van Persie (Pays-Bas) ; Jakub Błaszczykowski, Robert Lewandowski (Pologne) ; Hélder Postiga, Pepe, Silvestre Varela (Portugal) ; Roman Chirokov, Roman Pavlioutchenko (Russie) ; Sebastian Larsson, Olof Mellberg (Suède) :
 1 but
A marqué contre son camp : Glen Johnson (Angleterre) pour la Suède



Neuf buts ont été marqué durant ces quarts de finale, ce qui porte le total de la compétition à 69. Soit une moyenne de 2,46 buts par match, légèrement inférieure à celle de l'édition 2008 (2,48). Il faudrait que huit buts soient marqués lors des trois derniers matchs pour égaler le nombre de buts de l'édition précédente. Angleterre – Italie a été la première rencontre du tournoi à se terminer sur un score nul et vierge mais a été l'un des meilleurs matchs de la compétition jusque là. Preuve que la qualité d'un match ne dépend pas forcément du nombre de buts inscrits.
C'est la fin de l'aventure pour la République Tchèque, la Grèce, la France et l'Angleterre. Quatre équipes éliminées assez logiquement par des adversaires supérieurs. Il ne reste plus d'équipes issues des groupes A et D, les groupes où les pays organisateurs étaient têtes de série. Ce qui prouve sans doute qu'attribuer d'office le statut de tête de série à un pays organisateur n'est pas forcément une bonne idée puisque mécaniquement ce système entraîne la formation de groupes plus faibles. C'est également fini pour le stade de Gdansk qui retrouvera les joies d'accueillir des matchs de football à la reprise du championnat polonais.
Quatre joueurs ont été élus à deux reprises « homme du match » : il s'agit de Cristiano Ronaldo, d'Andrés Iniesta, de Mesut Özil et d'Andrea Pirlo. Soit à peu de choses près les joueurs offensifs clés des quatre équipes encore en lice lors de ces demi-finales : le Portugal, l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie. Présentation.

27 juin : 20h45 (Donetsk) : Portugal – Espagne
Il y aura forcément une équipe de la péninsule ibérique en finale. Tenante du titre, l'Espagne est favorite pour une qualification en finale qui la laisserait en course pour être la première équipe à remporter deux Euros consécutifs et à remporter trois trophées majeurs d'affilée. Mais elle devra se méfier d'un Portugal qui monte en puissance, à l'image de sa star et capitaine Cristiano Ronaldo. D'autant qu'elle n'est pas complètement en confiance. Et il n'est pas dit que les attaquants portugais exploiteront aussi mal les failles défensives espagnoles que leurs homologues français.

28 juin : 20h45 (Varsovie) : Allemagne – Italie
Cette rencontre opposera les deux équipes qui sont peut être les plus séduisantes depuis le début de cette compétition. Petit avantage à l'Allemagne qui bénéficiera d'une fraicheur physique certaine puisqu'elle a eu deux jours de récupération supplémentaire face à un adversaire qui aura en plus du disputer une prolongation. De plus, les Allemands ont profité de la rencontre face à la Grèce pour réaliser une revue d'effectif en attaque. Mais l'Italie reste l'Italie, une équipe qui n'est jamais aussi forte que lorsque tout le monde la donne battue. Son parcours dans cet Euro est directement inspiré de cette logique.

Deux remarques pour finir cet article :
- on pourrait avoir comme en 1988, 1996 et 2004 une finale entre deux équipes qui se sont déjà affrontées lors du premier tour en cas d'affiche Allemagne – Portugal (1-0, le 9 juin) ou Espagne – Italie (1-1, le 10 juin).
- trois de ces quatre équipes étaient présentes en demi-finales lors de la Coupe du Monde 2006, l'Espagne remplaçant ici la France. Et il y avait eu cette année là un duel Allemagne – Italie, remporté par les Transalpins (2-0 a.p.) sur la route de leur quatrième sacre mondial.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : BLOGaL
  • BLOGaL
  • : Le BLOGaL vous dit tout sur les véhicules électriques depuis 2008. Nous avons organisé le 5 décembre 2013 à Marseille une conférence sur les voitures électriques et à prolongateur d'autonomie à hydrogène (pile à combustible). Nous soutenons les projets innovants et non carbonés de mobilité.
  • Contact

BLOGaL in english ou autres ?

 

l'hebdo du BLOGaL