Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 00:35

C'est parti en Argentine avec le coup d'envoi de la 43ème édition de la Copa América. Retour sur une première journée pauvre en buts et en spectacle mais riche en surprises.


Groupe A : l'Argentine cale, la Colombie en profite

L'Argentine ne devait faire qu'une bouchée de la Bolivie lors du match d'ouverture. Mais elle est finalement heureuse de s'en tirer avec un match nul (1-1) après avoir été menée au score et en frôlant la déconvenue. Du coup, c'est la Colombie qui a pris la tête du groupe après sa victoire (1-0) sur une jeune équipe du Costa Rica vite réduite à dix.


Résultats :
Argentine 1-1 (mi-temps : 0-0) Bolivie
Buts :Argentine :Agüero (75') ; Bolivie :Rojas (47')
Avertissements :Argentine :Tévez (37'), Lavezzi (54') ; Bolivie :Flores (34'), Gutiérrez (38'), Chávez (80'), Rivero (87')
Argentine :(23) Sergio Romero/(8) Javier Zanetti – (4) Nicolás Burdisso – (6) Gabriel Milito – (17) Marcos Rojo/(19) Éver Banega – (14) Javier Mascherano(c) – (5) Esteban Cambiasso (46' (7) Ángel di María)/(21) Ezequiel Lavezzi (70' (16) Sergio Agüero) – (10) Lionel Messi – (11) Carlos Tévez
Coach : Sergio Batista
Bolivie :(1) Carlos Erwin Arias/(16) Ronald Raldes(c) – (5) Ronald Rivero – (4) Lorgio Álvarez – (3) Luis Alberto Guitiérrez/(15) Jaime Robles – (6) Wálter Flores – (21) Jhasmani Campos (80' (17) Juan Carlos Arce)/(10) Joselito Vaca (63' (19) José Luis Chávez)/(7) Edivaldo Rojas (89' (22) Rudy Cardozo) – (9) Marcelo Moreno Martins
Coach : Gustavo Quinteros

Colombie 1-0 (1-0) Costa Rica
But :Ramos (44')
Avertissements :Colombie :Guarín (53'), Zúñiga (54') ; Costa Rica :Madrigal (15'), Guzmán (19'), Calvo (23')
Expulsion :Costa Rica :Brennes (27')
Colombie :(12) Neco Martínez/(18) Juan Zúñiga – (3) Mario Yepes(c) – (14) Luis Amaranto Perea – (7) Pablo Armero/(4) Gustavo Bolívar – (13) Fredy Guarín – (8) Abel Aguilar (33' (11) Hugo Rodallega)/(17) Dayro Moreno (69' (19) Teófilo Gutiérrez) – (20) Adrian Ramos – (9) Radamel Falcao (77' (16) Elkin Soto)
Coach : Hernán Darío Gómez
Costa Rica :(18) Leonel Moreira/(19) Óscar Duarte – (3) Jhonny Acosta(c) – (2) Francisco Calvo – (4) José Salvatierra/(20) Pedro Leal – (8) David Guzmán (74' (22) José Cubero) – (11) Diego Madrigal (71' (17) Josué Martínez) – (6) Heiner Mora/(10) Randall Brennes – (12) Joel Campbell (46' (21) César Elizondo)
Coach : Ricardo La Volpe

Classement :
(Points, matchs joués, victoires, nuls, défaites, buts marqués, buts encaissés, différence de buts)
1. Colombie (3, 1, 1, 0, 0, 1, 0, +1)
2. Argentine, Bolivie (1, 1, 0, 1, 0, 1, 1, 0)
-------------------------------------------------------
4. Costa Rica (0, 1, 0, 0, 1, 0, 1, -1)


Groupe B : la panne pour le Brésil et le Paraguay

Malgré ses individualités, le Brésil n'est pas parvenu à marquer face à une équipe du Venezuela décomplexée, et a du se contenter du nul (0-0). Même constat, même résultat pour le Paraguay face à l'Équateur. Conséquence : aucun but marqué en deux matchs et quatre équipes à égalité parfaite.

Résultats :
Brésil 0-0 (0-0) Venezuela
Avertissements :Brésil :Thiago Silva (37') ; Venezuela :Rondón (61'), González (63'), Lucena (90'+3')
Brésil :(1) Júlio César/(2) Daniel Alves – (3) Lúcio(c) – (4) Thiago Silva – (6) André Santos/(5) Lucas Leiva – (8) Ramires (75' (16) Elano) – (10) Paulo Henrique Ganso/(7) Robinho (64' (19) Fred) – (9) Pato (75' (18) Lucas) – (11) Neymar
Coach : Mano Menezes
Venezuela :(1) Renny Vega/(16) Roberto Rosales – (4) Oswaldo Vizcarrondo – (20) Grenddy Perozo – (6) Gabriel Cichero/(11) César Eduardo González (85' (5) Giácomo Di Giorgi) – (14) Franklin Lucena – (8) Tomás Rincón – (18) Juan Arango(c)/(23) José Salomón Rondón (63' (15) Alejandro Moreno) – (7) Miku (78' (9) Giancarlo Maldonado)
Coach : César Farías

Paraguay 0-0 (0-0) Équateur
Avertissements :Paraguay :Piris (51'), Zeballos (90')
Paraguay :(1) Justo Villar(c)/(3) Iván Piris – (14) Paulo da Silva – (2) Darío Verón – (17) Aureliano Torres/(8) Édgar Barreto (37' (13) Enrique Vera) – (20) Néstor Ortigoza – (16) Cristian Riveros – (21) Marcelo Estigarribia/(9) Roque Santa Cruz (83' (7) Pablo Zeballos) – (19) Lucas Barrios (73' (18) Nelson Valdez)
Coach : Gerardo Martino
Équateur :(1) Marcelo Elizaga/(13) Néicer Reasco – (19) Norberto Araujo – (3) Frickson Erazo – (10) Walter Ayoví(c)/(16) Antonio Valencia (46' (7) Michael Arroyo) – (8) Édison Méndez (81' (15) David Quiroz) – (14) Segundo Castillo – (6) Christian Noboa/(11) Christian Benítez – (9) Felipe Caicedo
Coach : Reinaldo Rueda

Classement :
1. Brésil, Équateur, Paraguay, Venezuela (1, 1, 0, 1, 0, 0, 0, 0)


Groupe C : le Chili séduisant, l'Uruguay décevant

À croire qu'il n'était pas bon être un favori dans cette Copa América. Mené au score face à un Pérou que l'on donnait battu, l'Uruguay est parvenu à refaire son retard mais pas à s'imposer, et a du se contenter du nul (1-1). La première place du groupe revient au Chili qui a battu la jeune sélection mexicaine (2-1) après avoir été mené au score tout en produisant un jeu de grande qualité.

Résultats :
Uruguay 1-1 (1-1) Pérou
Buts :Uruguay :Suárez (45') ; Pérou :Guerrero (23')
Avertissements :Uruguay :Cáceres (81') ; Pérou :Guerrero (24'), Acasiete (50'), Cruzado (81'), Vargas (83')
Uruguay :(1) Fernando Muslera/(16) Maxi Pereira – (2) Diego Lugano(c) – (6) Mauricio Victorino – (22) Martín Cáceres/(17) Egidio Arévalo – (15) Diego Pérez – (14) Nicolás Lodeiro (78' (7) Cristian Rodríguez)/(9) Luis Suárez – (10) Diego Forlán – (21) Edinson Cavani (78' (18) Abel Hernández)
Coach : Óscar Tabárez
Pérou :(1) Raúl Fernández/(13) Renzo Revoredo – (3) Santiago Acasiete – (2) Alberto Rodríguez – (4) Walter Vílchez(c)/(5) Adán Balbín – (10) Rinaldo Cruzado – (8) Michael Guevara (57' (11) Carlos Lobatón) – (19) Yoshimar Yotún (59' (6) Juan Manuel Vargas) – (16) Luis Advíncula (90'+1' (18) William Chiroque)/(9) José Paolo Guerrero
Coach : Sergio Markarián

Chili 2-1 (0-1) Mexique
Buts :Chili :Paredes (66'), Vidal (72') ; Mexique :Araujo (40')
Avertissements :Chili :Bravo (74') ; Mexique :Aquino (21'), Reyes (25'), Aguilar (67'), Pacheco (90')
Chili :(1) Claudio Bravo(c)/(5) Pablo Contreras – (3) Waldo Ponce – (18) Gonzalo Jara/(4) Mauricio Isla – (17) Gary Medel – (8) Arturo Vidal – (15) Jean Beausejour (59' (22) Esteban Paredes) – (14) Matías Fernández (83' (6) Carlos Carmona)/(7) Alexis Sánchez – (9) Humberto Suazo (90'+1' (13) Marco Estrada)
Coach : Claudio Borghi
Mexique :(1) Luis Michel(c)/(14) Néstor Araujo – (19) Héctor Reynoso – (21) Hiram Mier/(22) Paul Aguilar – (5) Dárvin Chávez – (23) Diego Reyes – (15) Jorge Enríquez/(11) Javier Aquino (74' (18) Oribe Peralta) – (10) Giovani dos Santos – (9) Rafael Márquez Lugo (88' (17) Edgar Iván Pacheco)
Coach : Luis Fernando Tena

Classement :
1. Chili (3, 1, 1, 0, 0, 2, 1, +1)
2. Pérou, Uruguay (1, 1, 0, 1, 0, 1, 1, 0)
----------------------------------------------------
4. Mexique (0, 1, 0, 0, 1, 1, 2, -1)


Classement des troisièmes :
1. Argentine/Mexique, Pérou/Uruguay (1, 1, 0, 1, 0, 1, 1, 0)
--------------------------------------------------------------------------------
3. Brésil/Équateur/Paraguay/Venezuela (1, 1, 0, 1, 0, 0, 0, 0)


Buteurs :
1. Sergio Agüero (Argentine) ; Edivaldo Rojas (Bolivie) ; Esteban Paredes, Arturo Vidal (Chili) ; Adrian Ramos (Colombie) ; Néstor Araujo (Mexique) ; José Paolo Guerrero (Pérou) ; Luis Suárez (Uruguay) :
1 but


Partager cet article

Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 14:19

MERCI

à l'excellent site Football United qui vient d'ajouter le BLOGaL dans sa liste de blogs : 

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 09:35
Voilà la dernière embrouille reçue sur ma messagerie !!! Comme par hasard c'est juste à moi qu'elle veut donner ses 2 millions de $ !!! Check out my Multiply site I set up a Multiply site with my pictures, videos and blog and I want to add you as my friend so you can see it. First, you need to join Multiply! Once you join, you can also create your own site and share anything you want, with anyone you want. Here's the link: xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Bonjour a vous, Je m'excuse pour cette intrusion, je me nomme RAM Andrea née le 24 Février 1968. J'ai dû vous contacter de la sorte parce que je souhaite faire une chose très importante. Cela vous semblera un peu suspect bien vrai que vous ne me connaissez pas et que je ne vous connais pas. Je souffre d'un cancer du cerveau qui est en phase terminale, mon médecin traitant vient de m'informer que mes jours sont comptés du fait de mon état de santé dégradé. J'ai cette maladie depuis plus de 2ans. Je suis veuve et je n'ai pas eu d'enfant. J'aimerais bien faire don de mes biens. Je ne sais pas dans quel domaine d'activité vous exercez mais je souhaiterais vous aider à aider les autres. Je possède la somme de € 2.025.000 (deux millions vingt cinq mille euros) Je vous prie d'accepter cette somme car elle pourrait bien vous êtes très utile et cela sans rien demander en retour. Veuillez me contacter dès que possible si vous êtes d'accord pour mon offre directement par mon mail qui est: ramandrea@live.fr car c'est ce mail que je consulte le plus souvent. Je souffre énormément et j'ai très peur, je n'arrive presque pas à dormir la nuit comme la journée car je ne veux pas mourir sans avoir fait don de tout cet argent sinon je pense que cela serait un gâchis. Que la Paix et la miséricorde de Dieu soient avec vous. E-MAIL: ramandrea@xxxxxxxx Mme RAM Andrea Thanks, RAM Stop e-mails, view our privacy policy, or report abuse: xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx We haven't added your email address to any lists, nor will we share it with anyone at any time. Copyright 2011 Multiply 6001 Park of Commerce Blvd, Boca Raton, FL (????)

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 09:09
1. Nous recherchons un(e) rédacteur(trice) (bénévole) pour nous faire vivre le championnat du Monde des féminines. 2. Nous recherchons un(e) rédacteur(trice) (bénévole) pour nous faire vivre le championnat du Monde des moins de 17 ans. La référence dans le domaine, c’est de faire aussi bien que Karim qui nous fait vivre dans ces colonnes depuis le début de l’année la Coupe d’Asie des Nations, la Coupe d’Afrique, la Gold Cup et en ce moment la Copa America. La collaboration pourra se poursuivre ensuite tout au long de la saison sur le thème choisi. Merci d’envoyer votre candidature à l’aide du formulaire « contact » ci-dessous. Alexis, Rédacteur en chef du BLOGaL.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 02:01

GROUPE C : URUGUAY, CHILI, PÉROU, MEXIQUE


Uruguay : un favori ?

Participations :41
Meilleure performance :vainqueur (1916, 1917, 1920, 1923, 1924, 1926, 1935, 1942, 1956, 1959 (2ème édition), 1967, 1983, 1987, 1995)

On a souvent tendance à réduire l'Uruguay à sa réputation d'équipe brutale très axée sur l'engagement physique. Mais la
Celeste, c'est aussi l'un des plus beaux palmarès du football mondial. La sélection uruguayenne détient en effet, avec l'Argentine, le record de victoires en Copa América (14) en plus de deux Coupes du Monde (1930 et 1950) et de deux titres olympiques (1924 et 1928, considérés comme des victoires en Coupe du Monde par les Uruguayens qui comptent d'ailleurs quatre étoiles sur leur maillot).
Même s'il est vrai que la plupart des titres qu'elle a remporté datent d'une autre époque (le dernier d'entre eux étant la Copa América 1995), l'Uruguay demeure une valeur sure sur son continent. La
Celestea atteint les demi-finales lors des deux dernières éditions mais surtout elle a terminé quatrième de la Coupe du Monde 2010, ce qui faisait d'elle la meilleure équipe sud-américaine dans la compétition, devant l'Argentine et le Brésil !
Désireuse de s'appuyer sur cette dynamique pour bousculer le duo Argentine – Brésil, la sélection emmenée par Óscar Tabárez est très largement inspirée de celle qui a brillé sur les pelouses sud-africaines l'an dernier. Le trio offensif composé de Diego Forlán, Luis Suárez et Edinson Cavani est notamment toujours présent. Si le premier cité a réalisé une saison décevante après sa magnifique Coupe du Monde (meilleur joueur), les deux autres attaquants ont franchi un palier cette saison. Suárez a rejoint Liverpool tandis que Cavani a brillé sous les couleurs de Naples (26 buts en championnat et 5 en Ligue Europa). Troisième tête de série, l'Uruguay aborde cette Copa América avec un statut intermédiaire entre celui de favori et d'outsider.

La liste

 

 

Chili : avec ambition

Participations :36
Meilleure performance :deuxième (1955, 1956, la compétition se déroulait alors sous la forme d'un championnat) et finaliste (1979, 1987)

Après une longue période creuse, le Chili est revenu sur le devant de la scène à l'occasion des qualifications pour le Mondial 2010. Outre sa qualification, la sélection du Chili s'est distinguée par son jeu porté sur l'offensive. Dans la foulée, elle a réalisé une Coupe du Monde d'assez bonne facture, où elle se fera éliminer en huitièmes de finale par le Brésil (0-3).
Le Chili voudra poursuivre sur cette dynamique pour cette Copa América, une compétition qu'il n'a encore jamais remporté. Il voudra aussi sans doute effacer le douloureux souvenir de sa dernière participation à cette compétition. En 2007, l'autre
Rojaa en effet été balayée en quarts de finale par un Brésil en état de grâce et futur vainqueur de la compétition (1-6).
Mais il est peu probable que le Chili, qui a beaucoup progressé depuis, réalise de nouveau une telle contre-performance. On a pu craindre à un moment qu'il soit déstabilisé par des problèmes en interne au sein de la fédération, qui ont notamment abouti à la démission du sélectionneur argentin Marcelo Bielsa, qui avait redonné ses lettres de noblesse à la sélection chilienne. Mais elle poursuit malgré tout ses résultats probants sous la houlette d'un autre argentin, Claudio Borghi. Pour cette Copa América, ce dernier pourra s'appuyer sur la plupart de ses meilleurs joueurs et notamment Alexis Sánchez, révélation de la saison sous le maillot de l'Udinese et convoité par de nombreux grands clubs.

La liste


Pérou : un monument en péril

Participations :35

Meilleure performance :vainqueur (1939, 1975)

Que les années 1970 et 1980 sont loin pour le Pérou ! Ancien grand d'Amérique du Sud, il n'a plus gouté à une participation en Coupe du Monde depuis 1982 et il échoue régulièrement en quarts de finale de la Copa América. Sa dernière participation à une demi-finale remonte désormais à l'édition 1997, en Bolivie.
Mais le Pérou a touché le fond lors des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2010, en terminant à la dixième et dernière place de la poule unique sud-américaine avec seulement trois victoires ! L'état d'urgence est donc déclaré au Pérou, qui a nommé en juillet 2010 l'Uruguayen Sergio Makarián comme sélectionneur, avec pour mission de remettre la sélection péruvienne sur de bons rails.
Double vainqueur de l'épreuve, le Pérou ne visera sans doute pas la victoire finale dans cette Copa América 2011 mais il essayera au moins d'atteindre les quarts de finale, ce qu'il arrive à faire régulièrement. Mais la tache s'annonce ardue. D'une part car le groupe est relevé et d'autre part car les deux stars offensives de l'équipe, Jefferson Farfán (Schalke 04) et Claudio Pizarro (Werder Brême) sont absentes. Ce sont donc José Paolo Guerrero (Hambourg SV) et Juan Manuel Vargas (Fiorentina) qui seront les stars de cette équipe. Mais le dernier cité revient tout juste de blessure et manquera d'ores et déjà le premier match.

La liste


Mexique : sans réelle ambition

Participations :8
Meilleure performance :finaliste (1993, 2001)

On pourrait le qualifier d' « invité permanent » dans cette Copa América. Depuis que le système des invitations a été lancé, en 1993, le Mexique a toujours participé à cette compétition. Il a même atteint la finale en 1993 et 2001 et a décroché la troisième place lors de la dernière édition en 2007.
Dans un univers normal, le Mexique serait l'un des grands favoris de cette compétition. Il est en effet mieux placé au classement FIFA (neuvième) que la plupart des équipes sud-américaines et il surfe sur une dynamique très positive, symbolisée par une victoire lors de la Gold Cup il y a quelques jours à peine. Mais ce ne sera pourtant pas le cas.
La plupart des joueurs mexicains ont en effet été laissés au repos pour ne pas avoir à enchainer la Gold Cup puis la Copa América, contrairement à 2007 où beaucoup de cadres avaient joué les deux compétitions consécutivement. Même le sélectionneur a changé puisque c'est Luis Fernando Tena, l'adjoint du sélectionneur habituel José Manuel de la Torre, qui sera aux commandes d'une équipe très jeune, constituée principalement de joueurs âgés de 22 ans ou moins (dont Giovani dos Santos) encadrés par d'autres joueurs plus expérimentés. Mais un scandale a éclaté dernièrement dans l'hôtel des joueurs mexicains : huit joueurs, dont le prometteur milieu du Barça Jonathan dos Santos (frère de Giovani) ont amené des prostitués dans leur chambre et ont en conséquence été exclus et remplacés par d'autres joueurs encore plus jeunes et encore moins expérimentés. La tache du Mexique s'annonce donc compliquée.

La liste

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:07

GROUPE B : BRÉSIL, PARAGUAY, VENEZUELA, ÉQUATEUR


Brésil : la passe de trois ?

Participations :33
Meilleure performance :vainqueur (1919, 1922, 1949, 1989, 1997, 1999, 2004, 2007)

Si le Brésil détient le record de victoires en Coupe du Monde (cinq), il n'est pas maitre sur son continent. La Copa América a longtemps été source de frustration pour les
Auriverde, loin d'avoir le palmarès de l'Argentine ou de l'Uruguay dans la compétition. Il faut dire que les Brésiliens ont souvent négligé le tournoi continental sud-américain, n'hésitant pas parfois à envoyer une équipe bis.
Mais progressivement, le Brésil rattrape son retard et à remporté quatre des cinq dernières éditions de la Copa América, bien qu'ayant aligné une équipe parfois très remaniée, quand l'Argentine, victime désignée de la
Seleçãolors des deux dernières finales, envoyait ses meilleurs joueurs. La finale de 2007 a d'ailleurs tourné à la démonstration pour les Brésiliens, vainqueurs 3-0 (ici).
Le Brésil a donc pour objectif de remporter un troisième titre consécutif, ce qui ne sera pas chose aisée. Après une Coupe du Monde 2010 ratée (élimination en quarts de finale) avec une équipe vieillissante et au style de jeu ennuyeux. Mano Menezes, successeur de Dunga, doit donc reconstruire l'équipe. Et s'il peut s'appuyer sur certains éléments expérimentés, certains déjà présents en Afrique du Sud (Júlio César, Daniel Alves, Elano, Lúcio, Maicon), il a aussi fait appel à certains jeunes dont certains évoluent encore au pays et sont l'objet de multiples convoitises : Lucas, Paulo Henrique Ganso et surtout Neymar, futur star annoncée du football brésilien et quasiment futur joueur du Real Madrid. À noter aussi la présence de l'ancien attaquant lyonnais Fred, qui a réussi à se relancer au pays.

La liste


Paraguay : un autre outsider

Participations :34
Meilleure performance :vainqueur (1953, 1979)

Discrètement, le Paraguay est parvenu à faire sa place dans la hiérarchie du football sud-américain. Équipe régulière, elle a participé aux quatre dernières Coupes du Monde, en parvenant même à atteindre les quarts de finale lors de l'édition 2010, en étant éliminée de justesse par le futur vainqueur espagnol (0-1).
Sur son continent, le Paraguay est aussi une équipe qui compte. Il a en effet remporté deux fois la Copa América (à une autre époque, certes) mais il peine à confirmer depuis. Les Paraguayens n'ont en effet plus atteint le dernier carré depuis 1989, alternant depuis éliminations dès le premier tour et quarts de finale, comme lors de la dernière édition, au cours de laquelle le Paraguay aura été laminé par le Mexique (0-6).
Cette année, le Paraguay aura donc de nouveau le rôle d'outsider et voudra créer la surprise lors de cette Copa América. Pour cela, la sélection emmenée par l'Argentin Gerardo « Tata » Martino (qui quittera son poste à l'issue du tournoi) pourra s'appuyer sur de nombreux joueurs évoluant en Europe et notamment sur ses attaquants Lucas Barrios (Borussia Dortmund), Roque Santa Cruz (Blackburn) et Nelson Valdez (Hércules Alicante). Pas de trace en revanche de l'ancien toulousain Federico Santander ni, et c'est plus surprenant, du buteur du Benfica
Óscar Cardozo, écarté.

La liste


Venezuela : le vilain petit canard

Participations :15
Meilleure performance :quart de finaliste (2007) + une cinquième place en 1967, la compétition se déroulant alors sous la forme d'un mini championnat

Le Venezuela est un peu le mauvais élève de la zone CONMEBOL. C'est en effet la seule équipe sud-américaine à n'avoir jamais participé à une Coupe du Monde. Le football y a du reste connu un développement tardif puisque la première participation de la
Vinotintoà une Copa América ne remonte qu'à 1963.
Mais les progrès sont visibles depuis quelques années. Le Venezuela a notamment atteint les quarts de finale de la Copa América 2007, qu'il organisait, et a raté de peu la qualification au Mondial 2010, terminant huitième à seulement deux points de la cinquième place synonyme de barrages. On peut aussi ajouter à ces performances récentes la qualification des moins de 20 ans pour la Coupe du Monde de la catégorie en 2009 durant laquelle les Vénézueliens ont atteint les huitièmes de finale.
Autre signe fort de l'essor récent du football au Venezuela : de plus en plus de joueurs s'exportent. Le jeune sélectionneur César Farías peut ainsi s'appuyer sur une base forte évoluant en Europe, emmenée par son capitaine Juan Arango (Borussia Mönchengladbach), sans doute le plus célèbre des joueurs vénézueliens. Les autres exilés sont assez jeunes, à l'image de Nicolás Fedor « Miku » (Getafe), Yohandry Orozco (VfL Wolfsbourg), Tomás Rincón (Hambourg SV), et Roberto Rosales (FC Twente). D'autres joueurs évoluent au pays, comme le portier Renny Vega ou le capitaine et vétéran de cette sélection José Manuel Rey (36 ans), qui s'est distingué durant les éliminatoires de la Coupe du Monde 2010 en marquant un but exceptionnel en Équateur, sur un coup franc lointain surpuissant (
ici).

La liste



Équateur : l'oublié

Participations :25
Meilleure performance :quatrième (1959 et 1993)

Avec le Venezuela, l'Équateur est la seule équipe sud-américaine à n'avoir jamais remporté la Copa América, en n'ayant guère fait mieux dans cette compétition qu'une quatrième place. La sélection équatorienne est tombée dans l'oubli ces dernières années alors qu'elle avait connu encore récemment une période dorée.
L’Équateur a en effet enchaîné deux participations à la Coupe du Monde en 2002 et 2006. Lors de sa dernière campagne, en Allemagne, il s'est distingué en atteignant les huitièmes de finale durant lesquelles il ne sera battu que de justesse par l'Angleterre (0-1). Et depuis, plus rien où presque, à croire que la sélection a été déstabilisée par la retraite internationale de son légendaire attaquant Augustín Delgado. Lors de la Copa América 2007, les Équatoriens ont été sortis dès le premier tour avec trois défaites en autant de matchs avant de rater la qualification pour la Coupe du Monde 2010 de peu, en terminant sixième à un point d'une place en barrages.
C'est donc avec des ambitions modestes que l'Équateur aborde cette Copa América. La sélection du Colombien Reinaldo Rueda (qui a emmené le Honduras à la Coupe du Monde 2010) compte peu de joueurs évoluant en Europe mais a une star dans ses rangs en la personne de l'ailier de Manchester United Antonio Valencia. L'avant-centre Felipe Caicedo (Levante) et le milieu de terrain Christian Noboa (Roubine Kazan) seront les autres fers de lance de cette équipe.

La liste

Partager cet article

Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:43

 

GROUPE A : ARGENTINE, COLOMBIE, BOLIVIE, COSTA RICA


Argentine : la victoire sinon rien

Participations (2011 inclus) :39
Meilleure performance :vainqueur (1921, 1925, 1927, 1929, 1937, 1941, 1945, 1946, 1947, 1955, 1957, 1959, 1991, 1993)

Généralement, c'est toujours en tant que favori que l'Argentine aborde une Copa América. Mais la pression sur les épaules de l'
Albicelesteest cette année bien plus forte que d'habitude. D'une part car elle est le pays organisateur, mais aussi car elle n'a rien gagné depuis 18 ans maintenant, à l'exception des deux titres olympiques de 2004 et 2008.
Une véritable anomalie, surtout que l'Argentine aligne bien souvent des équipes très talentueuses, avec des stars mondiales à tous les postes. Mais cela fait maintenant 21 ans qu'elle n'a pas passé un quart de finale de Coupe du Monde (avec une surprenante élimination dès le premier tour en 2002) et qu'elle trébuche sur la dernière marche en Copa América avec deux défaites en finale lors des deux dernières éditions, toujours face au Brésil. Le scénario de la
finale de 2004restera d'ailleurs sans doute longtemps en travers de la gorge des Argentins, qui pensaient avoir inscrit le but de la victoire à la 87ème minute par le désormais ancien lyonnais César Delgado (le score était de 1-1) avant d'encaisser le but de l'égalisation dans les arrêts de jeu... pour finalement s'incliner aux tirs au but.
Après le fiasco du Mondial 2010 (et une sévère défaite
0-4face à l'Allemagne en quarts de finale), Diego Maradona a cédé sa place à la tête de la sélection à l'ancien entraîneur des espoirs Sergio Batista. Ce dernier a convoqué pour cette Copa América une équipe assez similaire à celle de son prédécesseur avec notamment un impressionnant arsenal offensif : Agüero, Di María, Higuaín, Lavezzi, Milito, Pastore, Tévez et surtout le meilleur joueur de la planète, Lionel Messi. C'est sur lui que reposeront tous les espoirs argentins. S'il mène son équipe à la victoire, il pourra considérer comme acquis un troisième Ballon d'Or consécutif.

La liste


Colombie : un outsider

Participations :19
Meilleur performance :vainqueur (2001)

La Colombie est aujourd'hui bien loin de son niveau des années 1990 quand elle avait enchaîné trois participations consécutives à la Coupe du Monde (avec un huitième de finale en 1990) et réalisé quelques performances de haut rang comme une mémorable victoire 5-0 en Argentine lors des éliminatoires du Mondial 1994. À cette époque, la sélection colombienne comptait dans ses rangs des joueurs comme Faustino Asprilla, Andrés Escobar (assassiné après le Mondial 1994 pour avoir marqué contre son camp face aux États-Unis durant la compétition), René Higiuita ou Carlos Valderrama.
Depuis 1998, la Colombie n'a plus participé à la Coupe du Monde mais elle a réalisé quelques coups d'éclats en Copa América, avec notamment une quatrième place en 2004 mais surtout une victoire en 2001, à domicile, dans une compétition où l'Argentine avait déclaré forfait en raison de la situation politique tendue dans le pays et où le Brésil, au fond du trou à l'époque, avait envoyé une équipe bis. Lors de la dernière édition en 2007, les Colombiens ont quitté la compétition dès le premier tour en finissant plus mauvais des troisièmes de groupe.
La Colombie de 2011, entraînée depuis 2010 par Hernán Darío Gómez, n'a pas sur le papier une équipe équivalente à l'Argentine, au Brésil ou à l'Uruguay mais elle possède de bons éléments parfois aguerris au football européenne. Citons ainsi David Ospina (Nice) dans les buts, l'ancien parisien Mario Yépes (Milan AC), Cristian Zapata (Udinese) et Juan Zúñiga (Naples) en défense, Fredy Guarín (FC Porto, ex-Saint-Étienne) et Carlos Sánchez (Valenciennes) au milieu, Adrián Ramos (Hertha Berlin), Hugo Rodallega (Wigan) et surtout Radamael Falcao en attaque. Ce dernier a crevé l'écran cette année avec le FC Porto, notamment en Ligue Europa où il a marqué 17 buts (dont celui de la victoire en finale), un nouveau record. Il incarne à lui seul les espoirs colombiens de briller dans cette Copa América.

La liste


Bolivie : des ambitions très mesurées

Participations :24
Meilleure performance :vainqueur (1963)

La Bolivie est l'une des équipes les moins connues de la zone sud-américaine. Et pour cause, elle n'est pas un cador comme l'Argentine, le Brésil ou l'Uruguay, ni même une équipe capable de coups d'éclat comme peuvent l'être (ou ont pu l'être) le Chili, la Colombie, le Paraguay ou le Pérou. De plus, peu de joueurs boliviens ont brillé en Europe.
En Coupe du Monde, la Bolivie ne compte que trois participations (1930, 1950 et 1994), dont les deux premières en tant qu'invitée à une époque où il n'y avait pas d'éliminatoires. Et elle a toujours été éliminée dès le premier tour, n'a jamais remporté le moindre match et n'a marqué qu'un seul but. En Copa América, le bilan est bien meilleur puisque la Bolivie, si elle est habituée à jouer les faire-valoir, a déjà remporté la compétition, en 1963, et a plus récemment, en 1997, atteint la finale. Autre bonne performance : durant les éliminatoires de la dernière Coupe du Monde, la Bolivie n'a pas terminé dernière et s'est distinguée en battant le Brésil (2-1), le Paraguay (4-2) et surtout en infligeant une raclée monumentale à l'Argentine (6-1), à chaque fois dans son stade situé à plus de 3.600 m d'altitude.
Le groupe bolivien pour cette Copa América, emmené par Gustavo Quinteros, compte très peu de joueurs de renom, le plus connu d'entre eux étant sans doute l'avant-centre Marcelo Moreno Martins (24 ans) qui évolue au Chakhtar Donetsk et qui est notamment passé par le Werder Brême et Wigan.

La liste


Costa Rica : l'invité de dernière minute

Participations :4
Meilleure performance :quart de finaliste (2001 et 2004)

Le Costa Rica ne s'imaginait sans doute pas devoir enchaîner par une nouvelle compétition, une semaine à peine après la fin de la Gold Cup. Mais le forfait du Japon a finalement incité la CONMEBOL a demander aux Costaricains de participer en tant qu'invité à cette Copa América.
S'il n'est pas membre de la zone sud-américaine, le Costa Rica est pourtant un habitué de la Copa América. Ce sera cette année sa quatrième participation, après 1997, 2001 et 2004. Durant ses deux dernières campagnes dans la compétition, le Costa Rica a atteint les quarts de finale. Dans le reste du monde, la sélection costaricaine s'est faite connaître durant la Coupe du Monde 1990, quand elle a atteint les huitièmes de finale. Ses deux autres participations à des Mondiaux (2002 et 2006) auront été autrement plus anonymes, avec à chaque fois une sortie dès le premier tour.
Le Costa Rica compte en son sein de nombreux joueurs de talent qui en font l'une des places fortes du football en Amérique du Nord. Mais pour cette Copa América, le sélectionneur Ricardo La Volpe (champion du monde en 1978 avec l'Argentine) a décidé de faire sans ses cadres évoluant en Europe comme Christian Bolaños, Keylor Navas, Marco Ureña et surtout le capitaine Bryan Ruiz pour faire confiance à des joueurs plus jeunes. Mais aussi par nécessité, pour faire souffler des joueurs qui auraient eu bien du mal à enchaîner aussi rapidement deux compétitions consécutives.

La liste




Partager cet article

Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:41

 

Le football russe était en deuil avant d'aborder les journées 15 et 16 de la Premier-Liga. Le 20 juin dernier, une catastrophe aérienne a eu lieu près de la ville de Petrozavodsk, en Carélie (dans le grand nord), faisant 47 morts. Parmi les victimes se trouvait l'arbitre Vladimir Pettaï, 38 ans, arbitre international qui venait de passer la barre des cent matchs arbitrés dans l'élite russe et qui devait arbitrer le derby moscovite entre le Spartak et le Dynamo.



Journée 15
Cette journée marquait la fin de la phase aller. Dans la deuxième moitié de tableau, Tomsk et Rostov se sont quittés sur un nul (1-1) tandis que l'Amkar Perm a battu Naltchik, lanterne rouge (1-0). Le Roubine Kazan confirme son regain de forme avec une victoire sur le Volga Nijni Novgorod (2-0) tout comme le Dynamo Moscou, vainqueur du derby sur le terrain du Spartak (2-0). L'Anji Makhatchkala s'est facilement imposé sur la pelouse de Samara (3-0) où un pseudo supporter s'est distingué en jetant une banane sur le terrain, à destination d'un Roberto Carlos choqué qui a quitté le terrain en larmes avant la fin du match. Le deuxième derby moscovite de la journée a vu un CSKA plus que jamais leader battre le Lokomotiv (3-1). Le Zenit Saint-Pétersbourg suit le rythme avec une victoire sur le Kouban Krasnodar (1-0). Enfin, le Terek Grozny poursuit sa bonne série avec une victoire chez le FK Krasnodar (2-0).

Résultats :
Tom Tomsk 1-1 FK Rostov
(Buts : TOM : Maxim Kannounikov (66' sp) ; ROS : Roman Adamov (83' sp))
Amkar Perm 1-0 Spartak Naltchik
(Vitali Grichine (59'))
Roubine Kazan 2-0 Volga Nijni Novgorod
(Salvatore Bocchetti (49'), Alan Kassaev (83'))
Spartak Moscou 0-2 Dynamo Moscou
(Igor Semchov (34'), Andreï Voronine (65'))
Krylya Sovetov Samara 0-3 Anji Makhatchkala
(Kamil Agalarov (6'), Makhatch Gadjiev (18'), Benoît Angbwa (64'))
CSKA Moscou 3-1 Lokomotiv Moscou
(CSK : Seydou Doumbia (13', 58'), Zoran Tošić (36') ; LOK : Ján Ďurica (30'))
Zenit Saint-Pétersbourg 1-0 Kouban Krasnodar
(Konstantine Zyrianov (35'))
FK Krasnodar 0-2 Terek Grozny
(Sergueï Omelyantchouk (18'), Chamil Assildarov (83'))


Journée 16
C'était déjà le début de la phase retour. Le Volga Nijni Novgorod s'est rassuré avec une victoire facile à Tomsk (3-0). De son côté, le CSKA a pris le large en tête en s'imposant à Perm (2-0) grâce à un doublé de Seydou Doumbia, nouveau co-leader du classement des buteurs. Dans le même temps, le Zenit n'est pas parvenu à battre le Terek Grozny (0-0) tandis que le Roubine Kazan se faisait surprendre à domicile par Krasnodar (0-2). En bas de tableau, le duel entre les deux derniers a tourné à l'avantage du Spartak Naltchik sur la pelouse du Krylya Sovetov Samara (2-0), nouvelle lanterne rouge. Tenu en échec chez le FK Krasnodar, l'Anji Makhatchkala ne profite pas des faux pas en haut de tableau. Le Dynamo, large vainqueur (4-1) de son deuxième derby de la semaine face à un Lokomotiv désormais en milieu de tableau, en profite pour monter sur le podium. Vainqueur de justesse face à Rostov (3-2), le Spartak se donne un peu d'air.
Au classement, le CSKA compte désormais quatre points d'avance sur le Zenit avec toujours un match de moins à jouer. À la faveur d'une dynamique positive, le Dynamo Moscou prend la troisième place tandis que le Lokomotiv, ancien leader, n'est plus que huitième.
Le championnat russe entame une trêve estivale et ne reprendra qu'à la fin du mois de juillet. Le 21 tout d'abord, avec le match en retard du CSKA chez le Volga Nijni Novgorod, puis le 23 avec la 17ème journée.

Résultats :
Tom Tomsk 0-3 Volga Nijni Novgorod
(Otar Martsvaladze (17', 45'), Rouslan Adjindjal (90'+2'))
Amkar Perm 0-2 CSKA Moscou
(Seydou Doumbia (7', 83'))
Zenit Saint-Pétersbourg 0-0 Terek Grozny
Roubine Kazan 0-2 Kouban Krasnodar
(Zelão (53'), Gheorghe Bucur (70'))
Krylya Sovetov Samara 0-2 Spartak Naltchik
(Adnan Zahirović (26'), Arsen Gochokov (43'))
FK Krasondar 2-2 Anji Makhatchkala
(KRA : Marcio (62'), Andreï Mikheev (65') ; ANJ : Alexeï Ivanov (38'), Benoît Angbwa (79'))
Dynamo Moscou 4-1 Lokomotiv Moscou
(DYN : Kevin Kurányi (10', 25'), Igor Semchov (37'), Andreï Voronine (80') ; LOK : Dmitri Loskov (67'))
Spartak Moscou 3-2 FK Rostov
(SPM : Welliton (54'), Artem Koulecha (57' csc), Dmitri Kombarov (81') ; ROS : Roman Adamov (62'), Alexandru Gaţcan (67'))


Classement :
(Points, matchs joués, victoires, nuls, défaites, buts marqués, buts encaissés, différence de buts)
1. CSKA Moscou (34, 15, 10, 4, 1, 31, 10, +21)
2. Zenit Saint-Pétersbourg (30, 16, 8, 6, 2, 26, 12, +14)
3. Dynamo Moscou (29, 16, 8, 5, 3, 25, 18, +7)
4. Anji Makhatchkala (27, 16, 7, 6, 3, 17, 13, +4)
5. Roubine Kazan (27, 16, 7, 6, 3, 23, 13, +10)
6. Kouban Krasnodar (24, 16, 7, 3, 6, 17, 14, +3)
7. Spartak Moscou (24, 16, 7, 3, 6, 17, 19, -2)
8. Lokomotiv Moscou (22, 16, 6, 4, 6, 24, 22, +2)
-----------------------------------------------------------------------------------------
9. FK Krasnodar (21, 16, 5, 6, 5, 18, 21, -3)
10. Amkar Perm (19, 16, 5, 4, 7, 12, 19, -7)
11. Terek Grozny (19, 16, 5, 4, 7, 13, 17, -4)
12. Volga Nijni Novgorod (16, 15, 5, 1, 9, 17, 17, 0)
13. Tom Tomsk (16, 16, 3, 7, 6, 15, 26, -11)
14. FK Rostov (13, 16, 3, 4, 9, 19, 28, -9)
15. Spartak Naltchik (12, 16, 2, 6, 8, 13, 22, -9)
16. Krylya Sovetov Samara (11, 16, 2, 5, 9, 8, 24, -16)

Buteurs :
1. Seydou Doumbia (CSKA Moscou) ; Danko Lazovi
ć (Zenit Saint-Pétersbourg) : 9 buts
3. Alexandr Kerjakov (Zenit Saint-Pétersbourg) :
7 buts
4. Roman Adamov (FK Rostov) ; Pavel Golychev (Tom Tomsk) :
6 buts


Matchs à venir

10ème journée (match en retard) :
21 juillet :Volga Nijni Novgorod – CSKA Moscou

17ème journée :
23 juillet :Terek Grozny – Roubine Kazan
Kouban Krasnodar – Tom Tomsk

24 juillet :Anji Makhatchkala – Zenit Saint-Pétersbourg
FK Rostov – Dynamo Moscou
Volga Nijni Novgorod – Spartak Moscou
Lokomotiv Moscou – Amkar Perm
Spartak Naltchik – FK Krasnodar

25 juillet :CSKA Moscou – Krylya Sovetov Samara


Partager cet article

Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:36

 

C'est l'une des compétitions les plus attendues de la planète football qui se tiendra en Argentine du 1er au 24 juillet. Il s'agit de la Copa América, le tournoi continental sud-américain, dont ce sera cette année la 43ème édition. Présentation avant le coup d'envoi.


Historique
Organisée par la confédération sud-américaine de football, la CONMEBOL (
CONfederación sudaMEricana de fútBOL), la Copa América est la plus ancienne de toutes les compétitions continentales. Elle a eu lieu pour la première fois en 1916, en Argentine, pour fêter le centenaire de l'indépendance du pays, mais elle portait alors le nom de Championnat sud-américain. L'Uruguay a été le premier vainqueur du trophée. Les éditions se succédèrent ensuite à un rythme irrégulier, à des intervalles variant de un à quatre ans
À partir de 1975, la compétition a officiellement pris le nom de Copa América et elle s'est déroulée à un rythme plus régulier : tous les quatre ans de 1975 à 1987 puis tous les deux ans jusqu'en 2001. On a par la suite pris la décision de revenir à une compétition une fois tous les quatre ans mais qui se jouerait les années paires. C'est ainsi que la 41ème édition se joua en 2004, avant de revenir finalement aux années impaires à partir de 2007.
Quatre équipes seulement étaient présentes à la première édition, en 1916. Elles sont aujourd'hui douze. Mais pour atteindre ce nombre, il faut faire appel à des invités, puisque la CONMEBOL ne compte en effet que dix membres. Depuis 1993, six nations n'appartenant pas à la confédération sud-américaine ont ainsi disputé la Copa América : le Canada (2001, mais qui a déclaré forfait en raison de la situation politique en Colombie, qui organisait le tournoi), le Costa Rica (1997, 2001, 2004 et 2011), les États-Unis (1993, 1995 et 2007), le Honduras (2001), le Mexique (présent sans discontinuer depuis 1993) et, plus étonnant, le Japon (1999, qui devait aussi participer cette année mais qui a du déclarer forfait, nous y reviendrons).
L'Argentine et l'Uruguay détiennent le record de victoires dans la compétition (quatorze) tandis que le Brésil suit, assez loin derrière (huit victoires mais quatre sur les cinq dernières éditions).

Voici le palmarès complet :
1916 (Organisateur : Argentine) : Uruguay
1917 (Uruguay) : Uruguay [2]
1919 (Brésil) : Brésil
1920 (Chili) : Uruguay [3]
1921 (Argentine) : Argentine
1922 (Brésil) : Brésil [2]
1923 (Uruguay) : Uruguay [4]
1924 (Uruguay) : Uruguay [5]
1925 (Argentine) : Argentine [2]
1926 (Chili) : Uruguay [6]
1927 (Pérou) : Argentine [3]
1929 (Argentine) : Argentine [4]
1935 (Pérou) : Uruguay [7]
1937 (Argentine) : Argentine [5]
1939 (Pérou) : Pérou
1941 (Chili) : Argentine [6]
1942 (Uruguay) : Uruguay [8]
1945 (Chili) : Argentine [7]
1946 (Argentine) : Argentine [8]
1947 (Équateur) : Argentine [9]
1949 (Brésil) : Brésil [3]
1953 (Pérou) : Paraguay
1955 (Chili) : Argentine [10]
1956 (Uruguay) : Uruguay [9]
1957 (Pérou) : Argentine [11]
1959 (Argentine) : Argentine [12]
1959 (2ème édition) (Équateur) : Uruguay [10]
1963 (Bolivie) : Bolivie
1967 (Uruguay) : Uruguay [11]
1975 (pas de pays hôte) : Pérou [2]
1979 (pas de pays hôte) : Paraguay [2]
1983 (pas de pays hôte) : Uruguay [12]
1987 (Argentine) : Uruguay [13]
1989 (Brésil) : Brésil [4]
1991 (Chili) : Argentine [13]
1993 (Équateur) : Argentine [14]
1995 (Uruguay) : Uruguay [14]
1997 (Bolivie) : Brésil [5]
1999 (Paraguay) : Brésil [6]
2001 (Colombie) : Colombie
2004 (Pérou) : Brésil [7]
2007 (Venezuela) : Brésil [8]

Soit, au classement du nombre de victoires :
1. Argentine, Uruguay :
14
3. Brésil :
8
4. Paraguay, Pérou :
2
6. Bolivie, Colombie :
1

Lors de la dernière édition, organisée en 2007 au Venezuela, le Brésil de Dunga n'avait laissé aucune chance en finale à l'Argentine, en s'imposant 3-0. Les Brésiliens étaient pourtant privés de la plupart de leurs vedettes, à l'inverse de l'Argentine, mais ils disposaient d'un excellent collectif basé sur un système très défensif (les fameux « trois milieux défensifs » de Dunga).


L'édition 2011

Les éliminatoires :
Il n'y en a pas eu. La CONMEBOL ne compte en effet que dix membres, ce qui est insuffisant pour organiser une compétition. Outre les dix équipes sud-américaines, deux équipes ont été initialement invitées : le Mexique (comme d'habitude) et le Japon. Mais chez ce dernier, le football a beaucoup souffert après le tremblement de terre du 11 mars dernier. Le championnat national a du être arrêté au point que la sélection finissait par déclarer forfait, avant de se rétracter sous la pression de la CONMEBOL. L'idée était alors de faire appel aux joueurs évoluant en Europe car les joueurs du championnat japonais devaient rattraper les matchs reportés à la période où se déroulait la Copa América. Mais il était difficile de convaincre les clubs de lâcher leurs joueurs, car ils n'étaient pas dans l'obligation de le faire (la compétition étant organisée par une confédération autre que la confédération asiatique). Le Japon a finalement renoncé.
Un temps, on avait envisagé que l'Espagne participe à la compétition en raison de ses liens historiques avec le continent, mais c'est finalement le Costa Rica, un habitué de l'épreuve (participations en 1997, 2001 et 2004) qui a été choisi.

Les stades :
Huit stades ont été sélectionnés, tous situés dans la moitié nord du pays. Contrairement aux stades utilisés lors de la Gold Cup, ceux-ci sont le plus souvent entièrement dédiés à la pratique du football, le sport roi en Argentine. Le stade de La Plata accueillera le match d'ouverture tandis que le Monumental de Buenos Aires sera l'hôte de la finale.

Voici ces huit stades, classés par capacité :
Estadio Monumental Antonio Vespucio Liberti(ville :Buenos Aires ; capacité :66.449 ; accueillera :finale)
Estadio Mario Alberto Kempes(Córdoba ; 57.000 ; un match du groupe A, deux matchs du groupe B, un quart de finale)
Estadio Ciudad de La Plata(La Plata ; 53.000 ; un match du groupe A, un match du groupe B, un match du groupe C, un quart de finale, une demi-finale, match pour la troisième place)
Estadio Malvinas Argentinas(Mendoza ; 45.000 ; trois matchs du groupe C, une demi-finale)
Estadio Brigadier General Estanislao López(Santa Fe ; 40.000 ; deux matchs du groupe A, un match du groupe B, un quart de finale)
Estadio del Bicentenario(San Juan ; 25.000 ; deux matchs du groupe C, un quart de finale)
Estadio 23 de Agosto(Jujuy ; 24.000 ; deux matchs du groupe A)
Estadio Padre Ernesto Martearena(Salta ; 20.408 ; deux matchs du groupe B)

Le tirage au sort :
Les équipes ont été réparties ainsi :
Chapeau 1 :Argentine, Brésil, Uruguay
Chapeau 2 :Chili, Colombie, Paraguay
Chapeau 3 :Bolivie, Pérou, Venezuela
Chapeau 4 :Costa Rica, Équateur, Mexique

Ce qui a donné, le 11 novembre dernier, le tirage au sort suivant :
Groupe A :Argentine, Colombie, Bolivie, Costa Rica
Groupe B :Brésil, Paraguay, Venezuela, Équateur
Groupe C :Uruguay, Chili, Pérou, Mexique
Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les deux meilleurs troisièmes sont qualifiés pour les quarts de finale.


Le calendrier

Groupe A :
1er juillet :
(2h15, La Plata) :Argentine – Bolivie
2 juillet :
(20h30, Jujuy) :Colombie – Costa Rica
6 juillet :
(2h45, Santa Fe) :Argentine – Colombie
7 juillet :
(0h15, Jujuy) :Bolivie – Costa Rica
10 juillet :
(21h00, Santa Fe) :Colombie – Bolivie
11 juillet :
(2h45, Córdoba) :Argentine – Costa Rica

Groupe B :
3 juillet :
(21h00, La Plata) :Brésil – Venezuela
(23h30, Santa Fe) :Paraguay – Équateur
9 juillet :
(21h00, Córdoba) :Brésil – Paraguay
(23h30, Salta) :Venezuela – Équateur
13 juillet :
(0h15, Salta) :Paraguay – Venezuela
(2h45, Córdoba) :Brésil – Équateur

Groupe C :
4 juillet :
(0h15, San Juan) :Uruguay – Pérou
(2h45, San Juan) :Chili – Mexique
8 juillet :
(0h15, Mendoza) :Uruguay – Chili
(2h45, Mendoza) :Pérou – Mexique
12 juillet :
(0h45, Mendoza) :Chili – Pérou
(2h45, La Plata) :Uruguay – Mexique

Quarts de finale :
16 juillet :
(21h00, Córdoba) :1er groupe A – meilleur troisième (1)
(0h15, Santa Fe) :2ème groupe A – 2ème groupe C (2)
17 juillet :
(21h00, La Plata) :1er groupe B – deuxième meilleur troisième (3)
(0h15, San Juan) :1er groupe C – 2ème groupe B (4)

Demi-finales :
19 juillet :
(2h45, La Plata) :vainqueur (1) – vainqueur (2) (I)
20 juillet :
(2h45, Mendoza) :vainqueur (3) – vainqueur (4) (II)

Match pour la troisième place :
23 juillet :
(21h00, La Plata) :perdant (I) – perdant (II)

Finale :
24 juillet :
(21h00, Buenos Aires) :vainqueur (I) – vainqueur (II)










Partager cet article

Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:32

 

Le dénouement de la Gold Cup 2011 allait enfin être connu en ce samedi 25 juin. Qui des États-Unis ou du Mexique allait remporter le tournoi ?
Cette grande finale, assez prévisible, se déroulait au Rose Bowl de Pasadena, dans la banlieue de Los Angeles. Les 93.000 places étaient toutes occupées, principalement par des supporters mexicains. On ne pouvait pas donc parler d'avantage du terrain pour les Américains.

Les deux équipes alignées étaient celles prévues au départ. Un seul changement avait lieu du côté des États-Unis par rapport à l'équipe victorieuse du Panama en demi-finales, avec le revenant Freddy Adu qui remplaçait Juan Agudelo à la pointe de l'attaque. L'équipe alignée par le Mexique était en revanche la copie conforme de celle qui avait battu le Honduras au tour précédent.

Dès le début de la rencontre,
El Trimonopolise le ballon face à des joueurs américains assez attentistes. Ce sont pourtant ces derniers qui ouvriront le score à la huitième minute de jeu par Michael Bradley, le fils du sélectionneur, qui reprenait victorieusement de la tête un corner de Adu. Piqué au vif, le Mexique poursuit sa domination mais se fait surprendre de nouveau un quart d'heure plus tard. Bien servi par Clint Dempsey, Landon Donovan avait tout son temps pour ajuster le portier mexicain Alfredo Talavera et doubler la mise. Ce premier but pour la star américaine dans la compétition permettait aux Stars and Stripesde doubler leur avance et de prendre une option sur la victoire finale.
Mais sans paniquer, le Mexique continuait de dérouler son jeu et parvenait à réagir rapidement. Peu avant la demi-heure de jeu, Hernández parvenait à trouver Barrera qui battait Tim Howard d'une frappe au ras du poteau. Belle réaction d'orgueil d'une équipe mexicaine qui avait pourtant perdu peu de temps avant son arrière gauche Carlos Salcido, blessé, et premier tournant du match. Relancé par cette réduction du score, le Mexique parvient à égaliser à la 36ème minute, grâce à Guardado qui s'arrachait pour pousser au fond des filets un ballon que Hernández prenait le soin d'éviter car il était en position de hors-jeu. Alors que les Mexicains attendent la mi-temps complètement revigorés, ils doivent faire face à un nouveau coup dur. À la 43ème minute, leur capitaine Rafael Márquez doit sortir, blessé. Frustré, il n'hésite pas à fondre en larmes au moment de son remplacement par Héctor Reynoso, un trentenaire arrivé pour suppléer l'expérimenté Francisco « Maza » Rodríguez, l'un des cinq mexicains suspendus pour dopage. Reynoso faisait ce jour-là ses grands débuts en sélection. À la mi-temps, le score est de 2-2. Les Américains n'auront pas tenu longtemps leur avantage.

La seconde période démarre comme la première, mais cette fois-ci le Mexique ne laisse pas passer sa chance. On joue depuis cinq minutes en seconde période quand Barrera s'offre un doublé en battant Howard. Incroyable scénario : le Mexique, mené 2-0 au bout de 23 minutes, venait de prendre l'avantage.
Mais la sélection des États-Unis est connue pour avoir un mental d'acier et pour sa faculté à ne jamais renoncer. Et leur détermination a failli payer à l'heure de jeu, quand Clint Dempsey balançait une énorme frappe qui venait s'écraser sur la transversale d'un Talavera complètement battu. Second tournant du match.
Le dernier quart d'heure vient tout juste d'être entamé quand Gerardo Torrado, promu capitaine après la sortie de Márquez, lançait dans la profondeur Giovani dos Santos. Le numéro 10 d'
El Triprenait de vitesse la défense américaine et parvenait à devancer de justesse le gardien Tim Howard. Après une bonne conservation du ballon, il parvenait à marquer d'une magnifique frappe enroulée du gauche qui finissait sa course dans la lucarne. 4-2 pour le Mexique, cette fois la messe était dite. Et les « olé » des supporters mexicains résonnaient dans le stade, en attendant le coup de sifflet final.

Même privé de cinq de ses joueurs pendant une grande partie de la compétition, le Mexique remporte la onzième édition de la Gold Cup, de manière assez indiscutable face à des Américains qui auront vécu une sorte de revival, en accéléré, de la finale de la Coupe des Confédérations 2009 face au Brésil, durant laquelle ils menaient 2-0 à la mi-temps avant de finalement s'incliner 3-2. Les États-Unis ont également payé tout au long de cette compétition l'absence d'un avant-centre de talent, surtout après la blessure de Jozy Altidore. La Coupe des Confédérations, c'est justement une compétition à laquelle le Mexique participera en 2013, au Brésil, grâce à sa sixième victoire dans la compétition. Elle rejoint l'organisateur brésilien donc, mais aussi le champion du monde, l'Espagne, et le Japon, champion d'Asie.
Du reste, le Mexique va aussi participer à la Copa America, qui se tiendra en Argentine à partir du 1er juillet. Mais contrairement à 2007, il n'enverra pas sa meilleure équipe mais une sélection de jeunes joueurs encadrés par quelques éléments plus expérimentés.

Si le Mexique a remporté cette Gold Cup 2011, c'est grâce à ses atouts offensifs. Javier « Chicharito » Hernández a notamment brillé, sur la lancée de son excellente première saison sous le maillot de Manchester United. Avec sept réalisations en six matchs, il termine meilleur buteur et meilleur joueur de la compétition.
Les autres membres du quatuor offensif évoluent également en Europe. Les ailiers Pablo Barrera et Andrés Guardado se sont particulièrement distingués et ils seront probablement très convoités durant le mercato estival. Et pour cause, leurs clubs respectifs (West Ham pour Barrera et le Deportivo La Corogne pour Guardado) ont tous les deux été relegués. Il y a peut-être un coup à faire pour les clubs français. Quant à Giovani dos Santos, il est à ce jour une énigme. Souvent rillant en sélection, il ne parvient toujours pas à faire son trou sur le Vieux continent, même dans des clubs de seconde zone (Galatasaray et Santander notamment). Sa trajectoire semble de plus en plus se rapprocher de celle d'un éternel espoir, mais il n'a que 22 ans.

(La cérémonie de remise du trophée au Mexique, c'est ici. Et au passage, un grand merci au formidable site tvgolo.comqui m'a permis de vous faire profiter des résumés des rencontres de cette Gold Cup)

 

États-Unis 2-4 (mi-temps : 2-2) Mexique
Buts :États-Unis :Bradley (8'), Donovan (23') ; Mexique :Barrera (29', 50'), Guardado (36'), dos Santos (76')
Avertissement :États-Unis :Donovan (33'), Dempsey (87') ; Mexique :Torres Nilo (81')
États-Unis :(1) Tim Howard/(6) Steve Cherundolo (11' (12) Jonathan Bornstein) – (21) Clarence Goodson – (3) Carlos Bocanegra(c) – (14) Eric Lichaj/(10) Landon Donovan – (13) Jermaine Jones – (4) Michael Bradley – (8) Clint Dempsey/(22) Alejandro Bedoya (63' (9) Juan Agudelo)/(20) Freddy Adu (86' (16) Sacha Kljestan)
Coach : Bob Bradley
Mexique :(12) Alfredo Talavera/(16) Efraín Juárez – (4) Rafael Márquez(c) (43' (2) Héctor Reynoso) – (15) Héctor Moreno – (3) Carlos Salcido (28' (20) Jorge Torres Nilo)/(7) Pablo Barrera (74' (13) Jesús Zavala) – (6) Gerardo Torrado – (8) Israel Castro – (18) Andrés Guardado/(10) Giovani dos Santos/(14) Javier Hernández
Coach : José Manuel de la Torre


Buteurs :
1. JAVIER HERNÁNDEZ (Mexique) : 7 buts

2. Aldo De Nigris (Mexique) ; Rodolfo Zelaya (Salvador) : 4 buts

4. Marco Ureña (Costa Rica) ; Clint Dempsey (États-Unis) ; Jerry Bengtson, Carlo Costly (Honduras) ; Demar Phillips (Jamaïque) ; Pablo Barrera, Giovani dos Santos, Andrés Guardado (Mexique) Luis Tejada (Panama) : 3 buts

13. Dwayne De Rosario (Canada) ; Jozy Altidore (États-Unis) ; Brice Jovial (Guadeloupe) ; Carlos

Ruiz (Guatemala) ; Ryan Johnson (Jamaïque) ; Gabriel Gómez (Panama) : 2 buts

19. Randall Brenes, Joel Campbell, Dennis Marshall, Heiner Mora, Álvaro Saborío (Costa Rica) ;

Yeiner Márquez (Cuba) ; Michael Bradley, Clarence Goodson, Landon Donovan (États-Unis) ; Clive Murray (Grenade) ; José Del Aguila, Carlos Gallardo, Marco Pappa (Guatemala) ; Walter Martínez, Alfredo Mejía (Honduras) ; Omar Daley, Luton Sheldon (Jamaïque) ; Efraín Juárez, Rafael Márquez (Mexique) ; Blas Pérez (Panama) ; Arturo Álvarez, Léster Blanco, Eliseo Quintanilla (Salvador) : 1 but

Ont marqué contre leur camp : Clarence Goodson (États-Unis) pour le Panama ; Jermaine Taylor

(Jamaïque) pour les États-Unis

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : BLOGaL
  • BLOGaL
  • : Le BLOGaL vous dit tout sur les véhicules électriques depuis 2008. Nous avons organisé le 5 décembre 2013 à Marseille une conférence sur les voitures électriques et à prolongateur d'autonomie à hydrogène (pile à combustible). Nous soutenons les projets innovants et non carbonés de mobilité.
  • Contact

BLOGaL in english ou autres ?

 

l'hebdo du BLOGaL