Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:59

Le Grenelle Environnement va-t-il profondément modifier les transports individuels ?


Un peu de fiction : En 2030, le secteur de l’automobile aura profondément changé par rapport à celui que nous connaissons depuis le début du 20ème siècle : les véhicules thermiques, bien qu’encore nombreux, utiliseront peu de pétrole ; leur usage pourrait même être restreint dans les centres des grandes métropoles en raison des nuisances locales (pollution, bruit). Parallèlement, le modèle économique du secteur pourrait être bouleversé par la disparition progressive du lien de propriété entre utilisateur et véhicule : la location et l’auto-partage se développeront rapidement.
Cette évolution est rendue inéluctable par trois facteurs majeurs :

  • - la crise énergétique : la dépendance du transport au pétrole (50% de la facture pétrolière de la France) pose des problèmes économiques (déficit commercial) et géopolitiques (risques sur les approvisionnements pétroliers) qui ne feront que croître ;
  • - la crise environnementale : le secteur des transports est un des principaux contributeurs en termes d’émissions de C02 et de pollution locale ; il représente le quart de nos émissions, en accroissement de 22% depuis 1990 ;
  • - la crise du modèle économique actuel du secteur : celui-ci repose sur un renouvellement rapide des véhicules, dont l’utilité est remise en cause par les clients aujourd’hui en période de crise, et demain pour des raisons écologiques ; la location permet de remplacer des revenus ponctuels par un revenu régulier et de rentrer dans une économie de fonctionnalité.

Le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables constituera donc une double opportunité : il contribuera tout autant à la lutte contre le changement climatique qu’à la restructuration d’un secteur aujourd’hui en crise.
Réduite jusqu’alors à des « marchés de niche », la filière des véhicules décarbonés est en train de changer d’échelle. De nombreux lancements sont prévus dès 2010-2012 par les grands constructeurs. A horizon 2025, les véhicules décarbonés devraient représenter 27% du marché, avec un marché européen estimé entre 50 et 90 milliards d’euros.
Le développement des véhicules propres permettra d’accélérer la croissance verte dont les fondements ont été posés par le Grenelle Environnement : une croissance durable et génératrice d’emplois.
Le développement des véhicules décarbonés devrait générer en France une activité économique de 15 Mds€ à horizon 2030 et contribuer au maintien de l’emploi dans la filière automobile. En outre cela permettra une réduction des importations de pétrole d’environ 4 Mtep et une réduction des émissions de CO2 d’environ 17,5 Millions de tonnes à horizon 2020, ce qui représente une réduction de 3% de nos émissions de C02 par rapport à 2007 (soit le quart de l’engagement de la France en termes de réduction d’émissions de C02 par les secteurs non soumis
aux quotas de CO2).


La France engage des moyens en faveur de la mobilité électrique, et notamment 750 M€ ont été prévus dans le Grand emprunt pour poursuivre le développement des véhicules décarbonés.

Afin d’accompagner l’industrialisation et la mise en production des véhicules et de leurs composants, un dispositif de prêts « véhicules décarbonés », doté de 250 M€, a été mis en place dans la cadre du Pacte automobile. 108 M€ ont d’ores et déjà été accordés pour soutenir plusieurs projets, portés notamment par Renault pour la Zoé et la Kangoo ZE. 8 M€ ont également été octroyés pour soutenir l’industrialisation de la Mia Electrique d’Heuliez (dans sa nouvelle configuration).
Avec le soutien de l’Etat, un nombre significatif de véhicules et de leurs composants sont conçus en France et seront produits sur le territoire national. Ce sera par exemple le cas des Renault ZOE et Kangoo ZE, qui seront fabriqués respectivement à Flins dès mi 2011 et à Maubeuge à partir du début 2012. Enfin, Peugeot commercialisera dès le printemps 2011 une 3008 hybride diesel particulièrement innovante, qui sera produite à Sochaux et Daimler fabriquera à Hambach une version électrique de la Smart.

Une première commande groupée de 50 000 véhicules électriques va soutenir l’offre de véhicules
20 entités ont signé une convention de constitution d’un groupement de commandes pour une quantité estimée à 50 000 véhicules électriques : ADP, Air France, Areva, Bouygues, EDF, ERDF, Eiffage, France Telecom, GDF Suez, Suez Environnement, GRT Gaz, GrDF, La Poste, RATP, SAUR, SNCF, SPIE, UGAP, Vinci et Véolia.
Le groupement, piloté par la Poste, a désigné l’UGAP pour coordonner l’ensemble des opérations d’achat. La procédure de dialogue compétitif a été ouverte par la publication d’un avis de publicité le 23 avril 2010.
Depuis début septembre, une vingtaine de constructeurs poursuivent la démarche dans le cadre du dialogue compétitif.
La commande prévisionnelle a été découpée en trois lots : le plus gros porte sur une fourgonnette électrique et les deux autres lots portent sur une petite voiture de deux places et une berline de 4 ou 5 places. Chaque lot sera attribué à un seul constructeur à l’issue du dialogue compétitif, au printemps 2011.
Le niveau de commandes initial, estimé à 50 000 véhicules électriques à partir de 2011, pourrait s’élever à plus de 100 000 unités en tenant compte des demandes provenant d’autres acteurs de nombreux secteurs d’activités.

Une filière française de batteries en cours de constitution
Les usines de batterie constituent des projets industriels nouveaux importants en France
Renault a annoncé son intention d’implanter à Flins une usine de production de 100 000 à 350 000 batteries. L’Etat soutiendra ce projet.
Bolloré, Saft et Dow Kokam présentent également des projets industriels parallèles en France.
Donner une seconde vie à la batterie et à ses éléments
La seconde vie de la batterie est un enjeu de recherche important en raison du coût des accumulateurs et de leur impact écologique. Les constructeurs automobiles et les producteurs français de batterie se sont engagés à prendre en compte, dès la conception des batteries, leur cycle de vie complet.
La seconde vie des batteries peut, par exemple, être utile pour le stockage d’énergie de source renouvelable ; elles seront ensuite recyclées. Plusieurs acteurs portent un vif intérêt au recyclage du Lithium.
Le Grand emprunt a prévu de dédier une enveloppe de 250 M€ pour l’action « Tri et valorisation des déchets, dépollution, éco conception de produits ». La fin de vie des batteries automobiles pourrait être un des thèmes étudiés à cette occasion.

Le déploiement des infrastructures de recharges accompagnera la mise sur le marché des véhicules
La grande majorité des prises relèveront de la sphère privée (90%) Pour cette raison, des obligations législatives ont été introduites dans la loi Grenelle 2 :

  • - Dès 2012, les constructions neuves d’immeubles (bureaux et habitations) avec parking intègreront obligatoirement des prises de recharge.
  • - Dans les copropriétés, la création d’un « droit à la prise » facilitera les travaux nécessaires : tous les locataires qui le souhaitent pourront effectuer, à leurs frais, les travaux nécessaires à l’installation d’une prise. Ces travaux devront être encadrés par une convention entre le prestataire et le propriétaire ou le syndic.
  • - Au travail, la création de prises sera également facilitée, et obligatoire dans les parkings des immeubles de bureaux d’ici 2015.

Cependant, une infrastructure publique est indispensable :
Même si quantitativement les bornes de recharge accessibles au public, placées dans des parkings ou sur voirie, ne représentent que 10% des prises et 5% des usages, elles offriront une assurance aux utilisateurs de pouvoir accéder à des infrastructures de recharge en dehors de la sphère privée (domicile, travail) et des stations services ; elles constituent un gage de fiabilité de l’ensemble du système, complément indispensable pour lever la défiance des clients dans le véhicule électrique.
Pour ces bornes, les communes sont naturellement chefs de file pour le déploiement, en raison du fort impact sur la voirie et les places de stationnement. La loi portant engagement pour l’environnement confie la compétence de ce déploiement aux communes ainsi qu’à leurs groupements.
 

Une infrastructure publique sera progressivement déployée dans les principales agglomérations dès 2011 :
Le développement d’un marché de masse nécessitera d’apporter une visibilité suffisante sur les infrastructures de recharge accessibles en dehors de la sphère privée. Pour cela, il faudra être en position de lancer dès maintenant les investissements significatifs.
Le scénario français de développement du véhicule électrique et hybride rechargeable prévoit aujourd’hui la création de 900 000 points de recharge privés et 75 000 points de recharge accessibles au public dès 2015, portés à 4 millions de points de recharge privés et 400 000 points de recharge publics en 2020.
L’objectif pour les années 2010-2011 est ainsi de déployer une infrastructure minimale, de nature à rassurer les premiers acheteurs, dans les grandes agglomérations, les plus concernées par le lancement commercial des véhicules à grande échelle.


L’Etat prépare le cadre technique et réglementaire d’intervention des  collectivités
Suite aux travaux conduits en France au premier semestre 2009 puis avec l’Allemagne au second semestre 2009, la Commission européenne a confié plusieurs mandats aux organismes européens de normalisation (CEN, CENELEC, ETSI) afin d’élaborer des normes européennes harmonisées.
L’Etat a confié au Sénateur Louis Nègre la préparation d’un livre vert qui a pour ambition de constituer un guide destiné aux collectivités territoriales dans la mise en oeuvre de leur projet de déploiement de l’infrastructure de recharge dans les espaces ouverts au public.
Ce livre vert est attendu dans les jours qui viennent. Il comprendra deux volets :
· Un volet technique, présentant notamment les véhicules électriques et hybrides rechargeables devant être commercialisés d’ici à 2013 en France, les différentes solutions de recharge, ainsi que les principales recommandations en matière d’équipement et de déploiement de l’infrastructure de recharge publique ;
· Un volet économico-juridique présentant une vision partagée sur le dimensionnement de l’infrastructure de recharge et la planification de son déploiement pour une agglomération donnée, les éléments de coûts pour l’établissement et l’exploitation de celle-ci dans le temps, les modèles économiques possibles pour recouvrir ces coûts et organiser l’intervention des collectivités
territoriales, et le périmètre et les modalités d’intervention de l’Etat dans l’équation économique.
Louis Nègre a remis un rapport d’étape du livre vert à l’occasion du Mondial de l’automobile :
· ce rapport recommandait une technologie commune permettant de recharger tout type de véhicule électrique ou hybride rechargeable en toute situation.
· ce rapport proposait également des modèles économico-juridiques pour le déploiement des bornes de recharge dans les parkings en concession, les parkings publics en voirie ainsi que les parkings privés (supermarchés, etc)accessibles au publics.
 

Les partenaires privés se mobilisent également pour accompagner le déploiement d’infrastructures

Deux acteurs privés se sont déjà déclarés intéressés pour l’établissement et l’exploitation de points de recharges : EDF et Better Place répondront notamment aux marchés des collectivités et pourront apporter leur soutien pour la planification.
En amont des bornes, les entreprises de distribution d'électricité conduiront les évolutions nécessaires du réseau électrique, pour un montant évalué à 145 millions d’euros d’ici 2015, financé par la péréquation du Tarifs d'Utilisation des Réseaux Publics d'Electricité (TURPE).
Enfin, des acteurs privés capables d’accueillir des infrastructures de charges sur leurs espaces se mobilisent :
· Les Sociétés Françaises d'Autoroutes se sont engagées, dans le cadre du renouvellement en 2010 des contrats de plan quinquennaux avec l’Etat, à équiper en recharge lente ou semi-rapide le stationnement sur les aires de services en agglomération et, le cas échéant, à faciliter les investissements (recharge rapide, voire échange de batterie) en station sous concédée.

· La fédération du commerce et de la distribution (FCD) étudie l’opportunité de l’installation de prises sur les places de parking des centres commerciaux.

 

Cet article a été compilé par Alexis, à partir des ressources documentaires du site :

http://www.mobilite-durable.org/ressources-documentaires/usages/le-vehicule-propre-une-reussite-collective-a-la-suite-du-grenelle-environnement.html?pg=1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Denis easpices safran 11/10/2011 18:51



Bonjour,


De toutes les manières on est obligés de remplacer les voitures actuelles par d'autres alternatives comme la voiture electriques, car les énergies comme le pétrole vont bientôt disparaitre.



Présentation

  • : BLOGaL
  • BLOGaL
  • : Le BLOGaL vous dit tout sur les véhicules électriques depuis 2008. Nous avons organisé le 5 décembre 2013 à Marseille une conférence sur les voitures électriques et à prolongateur d'autonomie à hydrogène (pile à combustible). Nous soutenons les projets innovants et non carbonés de mobilité.
  • Contact

BLOGaL in english ou autres ?

 

l'hebdo du BLOGaL